Imperial Cleaning

Ces recherches se divisent en deux grandes orientations:

Menu de navigation


Certaines formes de récitations marginales ont été transmises selon la procédure de la transmission du hadith, qui sont citées chez les exégètes anciens, tels qu' Ibn Kathir , Al-Qurtubî , et les autres… Cependant le sens n'est visiblement jamais éloigné au point de transfigurer le sens des versets.

Selon la tradition musulmane sunnite, un compagnon, Hudhayfah ibn Al-Yaman, remarque, sous le califat d' Othmân ibn Affân , troisième calife qui règne entre et , que les peuples des régions de Syrie et d' Irak se disputent sur les différentes prononciations de certains mots du Coran, tandis que les nouveaux musulmans des provinces en dehors d'Arabie ne savent pas bien les prononcer.

Le calife, percevant les risques de division, décide alors de faire de nombreuses copies du mushaf d'Abu Bakr, le premier calife, et les envoie aux différents endroits du monde musulman [ ]. Pour ce faire, il demande à Hafsa de lui faire parvenir son manuscrit du Coran qu'elle garde depuis la mort d'Abû Bakr et fait préparer alors plusieurs copies.

En effet, ce dernier ne fait que reprendre l'ordre des sourates établi par Mahomet lui-même, ou tout du moins au temps du premier calife Abû Bakr [ ] , [ ].

Une fois la tâche achevée en , Othmân renvoie le manuscrit original à Hafsa et fait parvenir les copies aux différents points importants du territoire musulman [ Note 19 ]. Les copies du Coran écrites de nos jours suivraient toujours mot pour mot et lettre pour lettre cette prononciation [ ]. La critique historique a prouvé que ces textes sont en réalité postérieurs [ ] de plus d'un siècle [ ]. Par exemple, les deux sourates et les versets supplémentaires du moushaf d'Ubayy ne seraient alors que des hadith [ ].

Plus tard, Marwan Ibn al-Hakam m. La version d'Uthman met plusieurs siècles à être acceptée par tous les musulmans et a fait l'objet de nombreuses critiques de falsifications de la part d'auteurs principalement chiites mais aussi sunnites [ ]. Cette mise en avant du récit de l'universalisation sous Othman est progressive et est, en partie due aux savants musulmans médiévaux. L'examen de fragments, pourtant censés être postérieurs à Othman, montre que l'écriture manque encore de précision.

La période de mise en place du Coran est, d'après des sources musulmanes, une période de grandes violences et de guerres civiles. Selon Amir-Moezzi, les sources religieuses sunnites ont eu tendance à cacher et atténuer cette violence afin de légitimer l'arrivée au pouvoir d'Abu Bakr [ ].

Dans le chiisme, les sources présentent Ali comme le successeur légitimement désigné par Mahomet selon un schéma classique de successions des prophètes bibliques [ ]. Pour Madelung, l'étude des textes sunnites permettraient à eux seuls de prouver le coup d'état illégitime d'Abu Bakr au détriment d'Ali [ ].

Des références voire une défense de la famille de Mahomet sont présents dans de nombreux écrits sunnites des premiers siècles [ ]. Pour certains auteurs musulmans des premiers siècles de l'islam, principalement alides, le Coran a été falsifié par le pouvoir des premiers califes [ ]. Pour les alides, ce Coran non falsifié contient des références claires à Ali ainsi que des noms d'adversaires de Mahomet [ ]. Selon les alides qui deviendront des chiites , cette falsification explique la faible présence de Mahomet comme personnage dans le Coran.

Selon Amir-Moezzi, le sunnisme a essayé a posteriori d'occulter les polémiques sur le textes coranique des débuts [ ]. Toujours selon lui, le codex de Sanaa, au-delà des changements orthographiques et lexicographiques, possèdent des variations dans l'ordre des sourates ou la découpe des versets qui rapproche davantage ce manuscrit des recensions alide futurs chiites que de la vulgate uthmanienne [ ].

La disparition des noms et donc du contexte des écrits coraniques rend celui-ci muet, silencieux et, pour le chiisme, seul l'imam peut le rendre parlant [ ]. Cette doctrine mène vers une approche plus secrète de la lecture coranique dans le chiisme. Ces ouvrages contiennent souvent des extraits du Coran d'Ali, absents du Coran uthmanien. Ceux-ci sont caractérisé par la présence de nombreux noms de personnages [ ]. Des auteurs sunnites critiquèrent l'authenticité de la version uthmanienne.

C'est notamment le cas des sourates 1, 12 et Ces critiques sont encore plus présentes dans le monde chiite. Pour eux, la version originale complète du Coran a été falsifiée et réduite [ ]. Pour Amir-Moezzi, une étude historique ne se basant que sur les écrits sunnites ne correspondent pas aux critères d'une recherche scientifique.

Bien que teintées d'idéologie comme les premiers écrits sunnites , les sources chiites concordent davantage avec la recherche historico-critique [ ]. Moins connus que les sources sunnites, ces textes ont fait l'objet de moins d'études dans le monde de la recherche [ ]. Au Moyen Âge, Ibn Khaldun a écrit longuement sur les péripéties de la grammaire, du lexique et de la syntaxe arabes, et de l' i'rab [ Note 20 ] dans son Muqaddima et décrit comment l'histoire a conduit la langue arabe à la simplification depuis ses origines [ ].

Le grammairien spécialiste d'arabe ancien, Muhyiddin al-Darwish, a consacré un ouvrage volumineux à une analyse grammaticale détaillée de l'intégralité du Coran, et expliqué dans un langage fort technique le fonctionnement de la grammaire de l'époque de façon systématique verset par verset.

Il a également disséqué les usages grammaticaux de l'époque pour tous les points qui semblent être autant d'erreurs grammaticales au regard de l'arabe simplifié, destiné à être enseigné aux non-arabes, à partir du premier siècle hégirien [ ] , [ ].

D'après l'ouvrage confessionnel sunnite Encyclopaedia of Islam [ ] , les traits diacritiques auraient déjà été inventés au temps du Calife Ali ibn Abi Talib , qui a demandé à abu al-Aswad d'écrire un ouvrage sur la grammaire.

Celui-ci aurait inventé les voyelles, encore inexistantes dans l'écriture arabe auparavant. Ces voyelles consistant en des traits diacritiques auraient été appliquées dans les manuscrits du Coran de façon systématisée plus tardivement [ ]. Les différences de graphismes entre le Coran rédigé en Warch et celui rédigé en Hafs , témoignent que la finalisation orthographique des versets s'est faite postérieurement à Mahomet.

Certains graphismes liés à des flexions casuelles ou encore à la ponctuation ont également été rajoutés au texte primitif, une fois inventés, pour permettre aux non-initiés la bonne prononciation des versets [ ]. Elles sont le résultat des progrès considérables de l'exégèse biblique critique des formes et critiques de la rédaction et des théories littéraires.

Ces recherches se divisent en deux grandes orientations: En outre, le contenu du Coran qui fait référence aux récits antérieurs a mené les chercheurs à se positionner selon l'une des deux écoles historiques [ ] , [ Note 21 ]:.

Chez Boukhari, la collecte est présentée de manière ininterrompue sous l'autorité des trois premiers califes rachidun, compagnons de Mahomet [ ]. Citons un seul des arguments développés par l'auteur: C'est par cette phrase que nous sommes informés, comme incidemment, de l'existence d'autres écrits [ 86 ] , [ Note 22 ].

Ainsi, pour Malik ben Anas , l'envoi des premiers Corans officiels date du gouverneur omeyyade Hajjaj ben Youssouf sous le califat d'Abd el-Malik [ ]. Cette version s'appuie d'autres textes contemporains. Versets 61 à 73 de la sourate Al-Qassas. Les manuscrits anciens montrent des variations orthographiques ou lexical, dans la présence de certaines sourates, comme la Fatiha, ou dans l'ordonnancement des sourates.

Ils donnent ainsi comme exemple le verset de la lapidation de la femme adultère [ ]. Gallez sur les premiers manuscrits permet de comprendre la mise en place du texte coranique.

Deux principaux modèles se dégagent: Les éléments constitutifs de cette dernière sont donc déjà présents, mais un certain nombre de points mineurs ne sont pas encore stabilisés. Ils augmentent très sensiblement le nombre et la nature des variantes […] Assez souvent la répartition des versets ne correspond à aucun des systèmes régionaux connus jusqu'à présent. Plus loin, le même auteur exprime par ailleurs des questions sur la rétention d'information sur les variations textuelles de ces fragments: Michel Orcel explique que bien qu'il n'existe pas à ce jour d'études exhaustives sur les conséquences que l'on devrait tirer de la découverte des manuscrits de Sanaa, on peut d'ores et déjà dire que l'on retrouve des versions qui correspondent à ce que nous savons des Corans concurrents celles qui ont été éliminées au moment de la sélection comme le Coran d'Ali, de Mas'ud ou encore d'Ubay.

Ces différences d'ordonnancements rappellent ce que nous savons des Corans qui ont disparu. Et finalement ce sont des variations très mineures par rapport au Coran d'Othman [ ]. Jean-Jacques Walter , grâce à une méthode mathématiqu e, affirme avoir prouvé l'existence d'au moins trente auteurs différents et un étalement de la rédaction du texte actuel vocalisé sur plus de deux cents ans, de à [ ].

Depuis la découverte de très anciens fragments de Coran comme les manuscrits de Sana'a , François Déroche, directeur d'études à l'EPHE, section des sciences historiques et philologiques, écrit: La lecture du texte coranique sans diacritique ni vocalisation implique une connaissance préalable du texte [ ] , [ ]. D'un point de vue historique, les ajouts graphiques apportés à l'époque omeyyade dans les manuscrits coraniques sont: Les réformes d'Abd al-Malik ne sont pourtant pas appliquées généralement.

Les manuscrits anciens conservés prouvent une mise en place progressive. Ainsi, Tabari refuse certaines lectures d'Ibn Mujâhid et inversement [ ]. Cette question des signes diacritiques est encore discutée par les théologiens musulmans vers l'an [ ]. Ces points diacritiques et vocalisations permettent au monde de la recherche de réinterroger la compréhension classique de certains termes. Pour Dye, la critique textuelle doit parfois se séparer de ces points diacritiques et des voyelles: L'auteur part de ce principe pour réinterroger la compréhension de la sourate 30 [ ].

Pour ceux qui sont conformes à la lettre, mais moins à l'esprit, Imbert explique: Les différences entre le Coran des pierres et la Vulgate sont principalement catégorisées comme suit:. L'auteur conclut ses recherches: Son élasticité est flagrante. Imbert souligne le changement de perspective qu'induisent ses recherches: Il fut dispersé dans quatre bibliothèques, Londres, Vatican avec un feuillet chacun , la Bibliothèque de Saint-Pétersbourg vingt-six feuillets et la bibliothèque nationale de France à Paris [ ] qui possède à elle seule soixante-dix feuillets [ ].

Selon cette hypothèse, il daterait de [ ]. Notice de la BnF concernant cet écrit:. Copiées sur parchemin dans un format vertical, ces pages de Coran appartiennent à un ensemble d'une soixantaine de feuillets considéré comme le plus ancien exemplaire actuellement conservé.

L'arabe utilise un alphabet consonantique où seules consonnes et voyelles longues sont notées. Des signes diacritiques, placés au-dessus ou en dessous de certaines lettres, permettent de différencier les lettres de forme semblable et de préciser la nature des voyelles brèves. Dans les graphies anciennes, ces signes ainsi que la vocalisation sont absents ou partiellement présents, rendant la lecture du texte sacré plus incertaine.

Des études comparatives du codex avec le Coran actuel ont été réalisées en et Pour François Déroche, les différents copistes ont travaillé chacun suivant leurs habitudes ou traditions quant à l'orthographe de certains mots ou à la présence de la basmalla dans le texte.

Le texte présente aussi des divisions découpage de chaque sourates en versets absentes de la version actuelle [ ]. François Déroche mentionne aussi des différences au niveau de la sourate 5, des variantes et des particularités, des grattages et des corrections postérieures, etc.

Mathieu Tillier confirme la conclusion de Déroche: Signalons à ce sujet le travail de David S. À propos de l'étude du codex Parisino-petropolitanus codex P. Ceci ne signifie pas qu'il croit en l'existence d'un corpus unique. En effet, un peu plus loin, il pose la question des variations textuelles: Après avoir étudié ce codex, Alba Fedeli [ ] aboutit à une conclusion similaire: Connue depuis les années , une version manuscrite du Coran des archives de la bibliothèque de l'Université de Birmingham est réétudiée en Ces fragments contiennent des versets des sourates 18 à 20 écrits à l'encre en hijazi, un style calligraphique arabique ancien.

Selon la datation au carbone 14, le support du manuscrit aurait été fabriqué entre et de notre ère [ ] , soit du temps de Mahomet, qui selon la tradition islamique, a vécu entre et [ ]. Il existe également un manuscrit M a VI qui se trouve à l' université de Tübingen en Allemagne depuis L'utilisation récente du carbone 14 a permis de dater le parchemin du manuscrit entre et apr.

Quelques ratures témoignent que des altérations ont été opérées [ Note 29 ]. Certains palimpsestes seraient des versions plus anciennes. L'analyse des manuscrits de Sana'a par ultraviolets a mis au jour un texte sous le texte actuel.

Ce texte effacé, mis au jour par les techniques scientifiques, révèle de nombreuses différences avec le Coran actuel [ ]. La différence avec la version officielle n'est pas encore totalement tranchée [ Note 30 ]. Les publications ont permis de mettre en lumière les variantes: De nombreuses objections ont été formulées par les chercheurs sur la récente datation des documents de Birmingham et de Tübingen [réf. Ils relèvent que ce n'est pas l'encre qui a été datée, mais le support, qui a pu être lavé et réutilisé.

Concernant le manuscrit de Birmingham, d'autres arguments avancés sont notamment l'utilisation d'encre rouge, l'utilisation de signes diacritiques ou la division en sourates instaurée postérieurement avec l'invocation du début [ ].

Ces rapports au passé se traduisent dans le texte du Coran par des citations claires, ou allusives aux textes qui le précédent, mais aussi par une reprise et une arabisation de vocabulaire étranger. On notera aussi les travaux de Gabriel Said Reynolds [ ]. Selon le verset S. Que signifie le fait d'accoler ce qualificatif à la langue arabe? Dans ce cas, une première hypothèse consisterait à dire que la langue arabe était multiforme et que certaines de ses formes étaient plus accessibles à la compréhension commune que d'autres.

Une autre hypothèse consisterait à dire que l'usage même de la langue arabe pouvait prêter à des variations suffisamment importantes pour en rendre la compréhension plus ou moins difficile aux auditeurs. Quoi qu'il en soit, la question est posée. S'appuyant sur des versets coraniques, des savants musulmans ont émis l'hypothèse que la langue du Coran était un dialecte de la tribu Quraish, identique à la langue poétique.

Deux théories principales sont aujourd'hui avancées. La seconde est d'y voir le dialecte de la Mecque devenu la langue poétique classique par la suite [ ]. Geiger, Rudolf Dvorak, T. L'objectif est de repositionner ces emprunts dans leur contexte politique et socioculture, à la lumière de tous les matériaux disponibles: L'enjeu est majeur, puisque les couches successives d'emprunts dans la langue arabe constituent des traces historiques des contacts des populations arabes avec leur environnement.

Les problèmes de la liste d'Arthur Jeffery. Bulletin du centre de recherche français à Jérusalem, [ ]. Plus récemment, ce fut l'objet de la thèse de Catherine Pennachio, qui réactualise la liste d'A. À l'aide de sa méthode, qui consiste à vérifier si les termes arabes n'ont pas un équivalent syriaque, Luxenberg affirme que certains passages coraniques seraient mal interprétés: Sa thèse générale voudrait que le Coran soit une simple adaptation de lectionnaires utilisés dans les Églises chrétiennes de Syrie, un travail de plusieurs générations pour donner le Coran que nous connaissons aujourd'hui [ ].

Si certains chercheurs ont critiqué la méthode ou l'approche de Luxenberg, comme C. Le dinar et le dirham, deux mots de racine grecque se trouvent aussi dans le Coran.

Cette lecture de déconstruction qui substitue une lecture anthropologique a eu tendance à être de plus en plus oubliée ou oblitérée [ ] , [ 58 ]. Ce constat semble faire consensus depuis quelque années parmi les spécialistes [ ] , [ Note 34 ]. Par exemple, le Testament d'Abraham est confirmé comme authentique avec le feuillet d'Abraham du Coran 87, et 53, alors que les passages violents de la conquête de Madian par les Hébreux dans la Torah Nombres 31, sont corrigés par le Coran 2, où il n'est pas question de conquête mais d'installation pacifique [ ].

Les spécialistes ont tenté de retrouver au moyen des méthodes de la critique interne les liens qui se cacheraient entre les sourates et les textes antérieurs. Un exemple est la sourate al-Qadr. Selon Guillaume Dye, la principale source de ce passage coranique pourrait-être l'hymne sur la Nativité d' Ephrem de Nisibe [ ] , [ ].

L'étude du vocabulaire utilisé dans cette sourate parlant de la Nuit du Destin associerait cette dernière au domaine de la liturgie de Noël [ ]. Elle évoquerait originellement la descente de Jésus sur terre la nuit de Noël et non celle du Coran [ ].

Cette thèse est soutenue par Lüling et Shoemaker, quant à Moezzi, il l'estime plausible [ ]. Ses interprétations peuvent être divergentes. Cuypers, quant à lui, rapproche cette sourate avec les deux textes juifs, le Livre de la Sagesse ou le Testaments des douze patriarches. L'auteur pense que s'il y a une référence à Noël, elle serait indirecte [ ].

Holger Zellentein étudie des textes proches du point de vue coranique, en particulier la didache et les homélies clémentines , et note une très forte proximité des thèmes étudiés.

L'étude comparative du Coran avec la didache et les homélies clémentines lui permet de dégager une culture commune aux différents groupes, et axée autour de différents thèmes les interdits alimentaires, les ablutions rituelles… dont chacun a une approche particulière [ ]. Les références selon lui peuvent être doubles et commencer une double discussion, engageant à la fois le judaïsme rabbinique et le christianisme oriental.

Par exemple Holger Zellentein propose de voir les Juifs médinois comme suivant principalement les traditions palestiniennes plutôt que le rabbinisme babylonien [ ] , [ ]. Une troisième approche est de considérer, vu le nombre de citations et de réécritures, le Coran comme un lectionnaire réinterprété.

Je suis enclin à le penser. Certains auteurs ont défendu une influence syriaque tout en reconnaissant des influences formelles nabatéennes comme l'alignement des lettres par le bas ou la largeur de celles-ci [ ].

Des inscriptions retrouvées à Najran sud de l'Arabie dans un contexte chrétien en écriture arabe archaïque et datant de la fin du Ve siècle montrent une certaine diffusion de cet alphabet [ ]. Cette imprécision a été à l'origine des évolutions de l'alphabet et sa structuration avec les besoins de l'islam [ ]. Les études du linguiste Robert Kerr proposent une nouvelle approche de l'histoire coranique. L'étude, aussi bien paléographique que philologique, des inscriptions sur pierre, des premières traces de l'écriture arabe et des premiers corans lui permet d'affirmer que les premiers corans ne sont pas écrits en alphabet sud-arabique qu'il pense être utilisé dans le Hedjaz à l'époque de Mahomet mais en arabe d'Arabie Pétrée Syrie, Jordanie, Iraq actuelles.

À l'inverse, pour Hoyland, l'écriture arabe est présente dans le Hedjaz avant l'arrivée de l'islam [ ]. Les travaux de Michel Cuypers permettent une approche originale de la composition des sourates qui diffère de celle connue dans la rhétorique grecque, avec une introduction, un développement et une conclusion. De nombreux chercheurs ne voyaient jusqu'à présent que désordre dans le texte des sourates.

La rhétorique sémitique , que l'on retrouve dans les écrits du monde sémitique ancien est entièrement fondée sur le principe de symétrie. De nombreux textes de l'antiquité utilisent cette rhétorique, notamment des textes akkadiens , ougaritiques [ ] , pharaoniques [ Note 37 ] , [ ] , de l'Ancien Testament Exode, Deutéronome, Jonas , du Nouveau Testament les Évangiles, le Notre Père En poursuivant ses recherches, Cuypers a montré que, dans la sourate 5, al-Ma'ida , les énoncés de portée universelle se trouvent au centre des structures concentriques.

Et, selon lui, en rhétorique sémitique le centre constitue le plus souvent la clé d'interprétation pour l'ensemble du texte. Or, il constate dans la sourate 5 une opposition entre les versets centraux tolérants et ouverts, et les versets périphériques, plus sévères et polémiques [ ].

Il propose donc que les versets périphériques devraient être compris comme occasionnels et circonstanciels tandis que les versets centraux seraient universels. Toutefois cette interprétation ne se base que sur la sourate 5, seule grande sourate qu'il a pu étudier à ce jour. Une analyse complète du Coran qui est en cours [ Note 38 ] est indispensable pour valider la thèse. Cette mise en avant des versets tolérants prend le contre-pied de la doctrine de l'abrogation mise en place par les savants musulmans pour expliquer les contradictions du Coran et qui abroge les versets tolérants par les plus durs [ ].

Ainsi, dans la sourate 5, les versets se trouvent au centre d'une structure concentrique: Vers Dieu est votre retour à tous: De même toujours dans la sourate 5, se trouve le verset 69, au centre du passage Certains exégètes affirment que ce verset est abrogé tandis que pour d'autres le passage ne concerne que les chrétiens et juifs d'avant la révélation coranique.

Une minorité enfin reconnaît pleinement la portée de ce verset. Amir-Moezzi [ ]. Cette application de la méthode interroge aussi G. Dye [ ]. Cette critique a fait l'objet d'une réponse de Michel Cuypers [ ]. Le Coran a originellement été écrit en arabe , langue utilisée dans la péninsule Arabique au temps de Mahomet.

Pour autant, des mots et des tournures d'origine non arabe y figurent, de même qu'une arabisation de certains termes. Certains courants conservateurs de l'islam prétendent que le Coran ne peut exister qu'en arabe et qu'il ne peut pas et ne devrait pas être traduit [ ]. L'islam accorde ainsi une importance décisive à la langue en l'occurrence, l'arabe , comme on le voit par exemple dans la tradition soufie bien qu'elle soit critiquée par certains courants sunnites , notamment par les salafistes.

Certains penseurs musulmans considèrent qu'un Coran traduit n'est plus la parole de Dieu [ ]. Le dogme du caractère inimitable du Coran, transcription écrite de la parole divine, et du caractère sacré de la lettre a longtemps servi à s'opposer aux traductions [ 81 ]. Ainsi, Cuypers cite le premier verset de la sourate Parmi d'autres, une traduction complète en persan est, tout de même, établie en [ 86 ]. L' abbé de Cluny Pierre le Vénérable le fait traduire en latin en [ ] , lors d'un séjour à Tolède.

Avec l'aide des travaux de Robertus Retenensis Robert de Ketton entouré d'une équipe de collaborateurs notamment Herman le Dalmate , Pierre de Tolède et Pierre de Poitiers , cette traduction incluse dans un ensemble de textes à visée apologétique Collectio toletana se termine en et se révèle par ses paraphrases peu fidèles au texte, son but étant de démontrer que l'islam est une imposture.

Pierre le Vénérable, célèbre polémiste, rédige ensuite des traités dans la même optique réfutant les doctrines israélites et musulmanes [ ]. Cette traduction latine sera utilisée durant tout le Moyen Âge dans l'élaboration d'ouvrages de controverse notamment par Thomas d'Aquin , Denys le Chartreux , Jean de Torquemada , Nicolas de Cuse [réf. Elle est imprimée [ Note 43 ] , en , à Bâle par le philologue protestant Theodor Bibliander , pour répondre au développement de l'intérêt pour l'islam provoqué par la pression ottomane en Europe et le développement de l' humanisme renaissant.

Cette traduction latine servira de base aux traductions italiennes d'Arrivabene , allemande de Salomon Schweigger , et néerlandaise en , traductions qui restent avant tout une réfutation de l'islam ou ont pour objectif de favoriser le commerce avec les pays arabes [ ].

La première traduction en français est L'Alcoran de Mahomet d' André Du Ryer en , ouvrage réédité jusqu'en et qui inspire les traductions en anglais The Alcoran of Mahomet d'Alexander Ross en , en néerlandais Glazemaker , en allemand Lange et en russe Postnikov en et Veryovkin en Elle porte les mêmes défauts que celle de Robertus Retenensis [ ].

À partir des années , les traductions scientifiques se multiplient, Blachère en , Masson en , Chouraqui en , Berque en [ ]. En , pourtant, les responsable de l'Université al-Azhar ordonnent de brûler les traductions du Coran. Dans les années , deux traductions célèbres, celles de Pickthall , Londres et celle de A. Une traduction publiée par l' université al-Azha r en fait perdre sa force au débat [ 83 ]. En français, les deux traductions par des musulmans les plus utilisées sont celles de Muhammad Hamidullah et de Hamza Boubakeur [ 83 ].

On recense des traductions complètes ou non dans plus d'une centaine de langues, y compris le kabyle, l' espéranto , le volapük [ ] La traduction de Sablukov avait été précédée d'autres, réalisées à partir de versions occidentales:. Notons enfin, pour mémoire seulement, que le général D. Bougouslavski réalisa en une première traduction du Coran à partir de l'arabe, qui ne fut jamais publiée.

Traduction en français du Coran par Claude-Étienne Savary en La couverture de la première traduction du Coran en allemand: Les premiers ouvrages en caractères mobiles arabes sont édités en Europe. Il s'agit d'ouvrages liés au christianisme oriental Livres de prière, Évangiles Le premier Coran a été imprimé à Venise en ou Cette édition est connue par un seul exemplaire [ Note 44 ] , [ ]. Pour des raisons économiques et religieuses, l'impression du texte coranique ne se développe que tardivement.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Coran homonymie. Historiographie de l'islam et du Coran. Manuscrit du Coran de l'université de Birmingham et Manuscrits de Sanaa. Alphabet arabe et Alphabet sudarabique. Autres traductions francophones notables.

Ben Daoud Interprète , , pages. Cette traduction en français semble être la première à avoir été réalisée à partir du texte arabe par des Algériens musulmans. Édition Complexe du roi Fahd pour l'impression du noble Coran. Liste de traductions non-francophones notables. Notes explicatives et discours préliminaire disponibles sur ce site , Traduction de Sale accessible sur le site du projet Gutenberg N. D, Version en ligne: Elle fut publiée à Kazan, 2 volumes: Rééditée en , elle fut ensuite publiée avec le texte arabe en vis-à-vis en et Cette édition bilingue fut réimprimée en , après la fin de l'ère soviétique.

La traduction de Sablukov avait été précédée d'autres, réalisées à partir de versions occidentales: Celles de Pierre Postnikov et de Veryovkin avaient été faites sur la traduction française de Du Ryer, Celle de Kolmakov sur une traduction anglaise. Une dernière traduction publiée de manière anonyme en avait la version de Savary comme texte source. Gerhard, Leipzig, [ ].

Italien L'Alcorano di Macometto: Néerlandais De Arabische Alkoran: Coran en arabe et chinois. Il s'agit ici des versets 33 et 34 de la sourate Ya Sîn Ainsi, dès les années , des expositions s'organisent au Louvre, et pas seulement des expositions artistiques.

Ainsi naissent les écoles de dessins, les expositions universelles et les musées d'art appliqué. Le premier d'entre eux ouvre en à Londres, après la première exposition universelle organisée dans cette ville un an auparavant. On trouve un terrain à South Kensington et rapidement, le musée, avec ses multiples collections, son école d'art, son amphithéâtre et sa bibliothèque, devient un modèle envié. Il est rebaptisé par la suite Victoria and Albert Museum. Dans les années qui suivent, de nombreux autres musées d'art décoratif voient le jour, de Vienne à Budapest , en passant par Stockholm et Berlin.

Pour la France, il faudra attendre pour voir apparaître un tel musée à Paris. Pourtant, dès , un musée semblable est décidé à Lyon , sur l'initiative de la chambre de commerce de la ville. L'année suivante a lieu l'une des plus ambitieuses expositions artistiques, Art Treasures , organisée à Manchester , au Royaume-Uni.

Elle se veut la synthèse de l'art ancien, avec une rétrospective de peintures anciennes et de sculptures, et de l'art contemporain, avec de l'art décoratif et un choix de peintures britanniques contemporaines.

Le succès populaire y est tel que des trains spéciaux sont affrétés de Londres. Les incitations gouvernementales sont relayées par des campagnes d'associations, comme celle que mène un avocat de Lisieux , Edmond Groult, en faveur des musées cantonaux: D'autres, plus ambitieux, créent des musées tout à fait spécifiques comme l'industriel Émile Guimet , qui, en recherchant quels étaient les hommes les plus bienfaiteurs de bonheurs, trouva qu'il s'agissait des fondateurs des religions, d'où la création, d'abord à Lyon puis à Paris , d'un musée d'Histoire des religions d'Orient, qui porte aujourd'hui son nom.

Ceux-ci sont les héritiers des cabinets de curiosités enrichis par les voyages d'exploration puis par la formation des empires coloniaux. Pourtant, dès , de retour d'un voyage au Japon, le médecin et botaniste Philip Franz Von Siebold est chargé par le roi des Pays-Bas d'organiser en musée les collections qu'il en avait rapportées.

Ainsi naît le museum Voor Volkerkunde de Leyde. L'exemple se diffuse ensuite en Allemagne, à Leipzig , Munich puis Berlin. À Paris, au lendemain de l'exposition universelle de , Ernest Hamy , professeur d'anthropologie au muséum national d'histoire naturelle, est chargé d'ouvrir un musée d'ethnographie au nouveau palais du Trocadéro.

Au Royaume-Uni, l' université d'Oxford bénéficie en du don du général Pitt-Rivers, qui avait commencé à collectionner les armes pour en suivre les perfectionnements. À ce moment, les innovations muséographiques viennent des pays scandinaves: Cette présentation des intérieurs traditionnels s'inspirent des musées de cire, très en vogue à la même époque, comme le musée Grévin , qui ouvre à Paris en En s'ouvre une salle d' Europe au musée du Trocadéro , où l'on voit un intérieur breton composé de sept mannequins grandeur nature.

Enfin, toujours dans le domaine des musées ethnographiques, s'ouvre au public en , le musée de la Marine , dans une dizaine de salles du Louvre. En , le musée national de la Marine est également transféré au palais du Trocadéro. Il faut dire qu'à l'orée du nouveau siècle et surtout entre les deux guerres mondiales , l'institution muséale est l'objet de nombreuses critiques: Pour preuve, les nouveaux courants comme l' impressionnisme sont forts peu présents dans les collections.

Hormis au musée du Luxembourg , premier musée consacré depuis aux artistes vivants, peu d'entre eux sont en effet exposés. Le mot est lâché. Il vient entre autres de la bouche d'un journaliste et dessinateur, Pierre André Farcy , plus connu sous le nom d'Andry-Farcy, qui va véritablement donner un coup de jeune à l'institution, en créant au musée de Grenoble , où il est nommé conservateur, la première section d'art moderne, en Pour cela, il bénéficie de dons d'artistes vivants et pas encore très renommés: Matisse , Monet ou Picasso.

Le musée de Grenoble devient rapidement une référence en France. On en fait même la publicité auprès des touristes anglophones en visite dans la région. En et , les deux branches du musée de la peinture occidentale moderne de Moscou MNZJ1 et 2 , le premier au monde dédié à cette période, le N de son nom signifiant moderne en russe, ouvrent au public avec les collections nationalisées par Lénine de Sergueï Chtchoukine et Ivan Morosov , dont les oeuvres seront réunies en dans le palais de ce dernier pour devenir le Musée d'État d'art occidental moderne GMNZI [ 5 ] jusqu'en En , Claude Monet choisit l' orangerie du jardin des Tuileries , pour accueillir le cycle des Nymphéas , que le peintre a donné à l'État en À la même époque, de l'autre côté de l' Atlantique , les choses bougent aussi.

Entre et se tient à New York une série d'expositions consacrées à des artistes modernes: Cézanne , Van Gogh , Gauguin ou Seurat. Ces expositions s'accompagnent, en , de l'ouverture d'un musée permanent consacré spécialement à ces maîtres modernes, européens et américains, de Gauguin à nos jours, le MoMa Museum of Modern Art , qui fera école. Pour la France, il faut attendre les années pour voir de nouveaux musées consacrés à ce type d'art: On souhaite désormais une esthétique épurée, on cherche à mettre en valeur l'objet pour lui-même: On crée des réserves ou des galeries d'étude, tout cela selon les principes d'un nouveau courant de pensée, celle que défend l'école du Bauhaus à Weimar en Allemagne.

Cette école fut fondée par Walter Gropius. Mies van der Rohe , architecte de son état, dirigea l'école de à sa fermeture en , avant de s'exiler aux États-Unis. Dans cette nouvelle organisation de l'espace du musée, sont fréquemment aménagées des salles destinées à des expositions temporaires, dont l'organisation devient peu à peu une composante naturelle de la vie d'un musée.

Pour traiter de ces questions ainsi que des problèmes d'architecture, de conservation, de restauration, la profession des musées s'organise à l'échelle internationale. En , sous l'égide de la Société des Nations se crée l' Office international des musées , qui publie la revue Mouseion.

Huit ans plus tard, en , l'Office organise à Madrid une conférence internationale d'étude qui dégage des règles en matière d'architecture et d'aménagement des musées d'art, bientôt éditées en un manuel de muséographie. Après cet Office international des musée, créé par la SDN en , un nouvel organisme international de coopération sur les musées voit le jour en dans le cadre de l' Unesco: Durant 18 ans, de à , l'ICOM comme on l'appelle, est dirigé par Georges-Henri Rivière , fondateur du musée national des arts et traditions populaires.

Il est partisan d'une nouvelle muséologie qui, en cette période de modernisation et de décolonisation, fasse jouer aux musées, en particulier en ethnographie , un rôle de développement social, et pas seulement de conservation du passé. C'est de ce courant que sont issus les écomusées. Il s'inscrivent en fait dans un vaste mouvement de prolifération des musées à l'échelle internationale qui se déploient durant les années Ces établissements, appelés Centres d'interprétation , se veulent l'expression de la diversité culturelle, moyen d'affirmer l'identité de communautés ethniques ou sociales qui se reconnaissent autour d'un territoire, d'une activité agricole ou d'un patrimoine industriel.

À partir de , au moment où le marché de l'art commence à s'emballer, une série impressionnante de constructions, extensions, rénovations affectent le monde des musées dans les métropoles et les villes moyennes, mobilisant les architectes les plus réputés. En témoigne le Centre Georges-Pompidou , inauguré à Paris en Les architectes, Renzo Piano et Richard Rogers créent de vastes plateaux libres à la périphérie desquels furent placés, visibles en façade, les dispositifs qui assurent les fonctions techniques.

D'autres musées offrent le même aménagement: Mais un autre exemple illustre ce cas avec le musée de la Révolution française à Vizille inauguré en dans l'ancien château du duc de Lesdiguières mais aussi des présidents de la République française.

Pour le deuxième cas, les exemples peuvent se multiplier en province Amiens , Rouen , Nantes , Lyon …. À Paris, l'exemple le plus marquant reste au Muséum national d'histoire naturelle l'ancienne galerie de Zoologie inaugurée en dont la réhabilitation et la ré-ouverte au public donna en l'actuelle grande galerie de l'Évolution.

Mais l'innovation architecturale n'est pas en reste: Ce choix d'un plan incliné comme lieu d'exposition a suscité d'innombrables controverses. Formée de deux blocs triangulaires organisés autour d'une cour centrale, elle abrite des salles d'exposition et un centre d'étude des arts visuels. On y voit déjà le motif de la pyramide utilisée comme puits de lumière que l'on retrouvera au Louvre.

Ces musées, qu'ils soient modernes ou post-modernes, s'organisent désormais en de véritables centres culturels: Le but est d'attirer toujours plus de visiteurs.

Ainsi, les musées accueillent en leur sein de multiples activités, peuvent éditer des livres, produire des films ou organiser des concerts ou des conférences. En témoigne la hausse continuelle de leur fréquentation: L'augmentation s'explique par l'ouverture de nouveaux bâtiments et par l'accroissement de la capacité d'accueil mais aussi par le fait que la visite du musée est remise à l'honneur.

En effet dans les années , on commence à parler d'industrie culturelle, d'offre et de demande, d'investissement et de rentabilité. On commence à dire qu'un musée doit être géré comme une entreprise et attirer des clients [ 6 ]. Cette logique commerciale est poussée très loin par le musée du Louvre qui commercialise sa marque vers des pays prospères comme les États-Unis ou les pays du Golfe.

Il continue néanmoins à recevoir une grosse subvention du ministère de la Culture, car, en France, le mécénat est trop faible pour remplacer totalement l'argent public. Les gros musées sont donc dans une situation d'économie mixte et d'autorité disputée [ 6 ]. Ce renouveau des musées, au cours des années , a particulièrement touché les musées d' art contemporain mais aussi les musées archéologiques et les musées de site. Ce mouvement général, impulsé et soutenu par l'État, a été repris par les collectivités territoriales qui ont perçu la valeur symbolique de ce type d'équipement culturel.

En France, des musées sont créés ou dotés de bâtiments neufs à Villeneuve-d'Ascq , à Grenoble , à Bordeaux , à Lyon , à Saint-Étienne , à Nîmes , à Arles , à Nemours musée de Préhistoire d'Île-de-France ou restaurés musée des beaux-arts de Lyon , palais des beaux-arts de Lille , musée des beaux-arts de Rouen , musée des beaux-arts de Nancy , musée la coupole dans le Pas de Calais [ 7 ] , ainsi qu'à Douai , à Paris avec la quasi-totalité des musées nationaux, et plus récemment aux musée Fabre , musée des beaux-arts d'Angers , musée des beaux-arts de Dijon , musée des beaux-arts de Bordeaux , musée des beaux-arts de Marseille , musée de Picardie , musée des beaux-arts de Nantes , etc.

À partir des années , la création, la rénovation ou le développement de musées et, plus généralement, de la filière culturelle accompagnent la reconversion de certaines régions d'industries anciennes sinistrées par la crise au cours des années Dans Le Musée imaginaire , André Malraux s'attache en à analyser le phénomène muséologique:. La gestion du patrimoine culturel obéit à deux logiques contradictoires:. Le domaine muséal français est réglementé au quatrième livre du Code du patrimoine.

Ce texte distinguait trois types de musées:. Outre ces musées, certains échappaient au ministère de la Culture car se rattachaient à celui de l' Éducation ou bien étaient indépendants. La grande majorité des musées fonctionnaient en régie , puis de plus en plus étaient gérés par des établissements publics ou par des personnes privées. De plus, ce texte était en total décalage avec l'évolution concrète, depuis , liée à la diversité des collections, des modes de gestion, etc.

La mutation des musées en entreprises culturelles à partir des années n'a été que partiellement accompagnée par des réformes structurelles.


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.