Imperial Cleaning

Rencontre Ado - Chat et Forum 15-25 ans

Une fois le meurtre accompli on tenta désespérément d'arrêter l'engrenage en faisant appel à l'État. En quelques dizaines d'années entre et Balzac , Mérimée , Maupassant , Alexandre Dumas , pour ne citer que les plus célèbres, traitèrent de ce sujet dans des nouvelles ou plus rarement, dans des romans.

Menu de navigation

Tchat gratuit ici pour le tchatche et clavardage

Son fils mesure les effets destructeurs et lutte en vain pour y mettre fin. Il finit par supplier ses propres enfants d'écraser la tête du serpent.

Ces romans ont été écrits par des militants. Yachar Kemal fut également soupçonné d'activités jugées subversives, en tant que membre du parti ouvrier de Turquie dissous en Parmi eux il faut signaler Luan Starova , Macédonien d'origine albanaise qui, dans son livre Le Musée de l'athéisme , insiste sur le caractère sacrificiel de la vendetta. Dans les îles dépendant de l' Italie Sardaigne et Sicile mais aussi dans le sud du pays en Calabre notamment, mais également en Campanie et dans les Pouilles les problèmes de vendetta ont sensiblement décru, même si dans certains lieux, comme Orgosolo en Sardaigne, des clans rivaux se sont affrontés pendant plus d'un siècle.

Actuellement, dans la région de Foggia Pouilles , deux familles et leurs alliés s'affrontent depuis [ 4 ]. Toujours en Calabre, la faide qui ensanglanta la petite ville de Taurianova hbts entre et , fit 32 morts en 18 mois [ 6 ]. En Campanie, la faida di Scampia dite aussi faida di Secondigliano , opposant depuis deux clans de la camorra la mafia napolitaine , n'était pas encore terminée en Au total, plus de 70 personnes [ 7 ] une cinquantaine entre et ont été abattues dans les quartiers nord de Naples , dont plusieurs innocents [ 8 ].

Entre et dans la province de Naples , une "guerre" opposant deux clans de la camorra, la NCO "Nuova Camorra Organizzata" et la Nuova Famiglia , fit morts assassinats en , en et en [ 9 ].

Cette opération permit l'arrestation des principaux bandits, morts ou vifs, et mit presque fin à la vague de banditisme en Corse. En Grèce et tout particulièrement en Crète la question semble résolue depuis quelques dizaines années. Dans les Balkans, si elle est encore très présente en Albanie pour des raisons que nous avons pu voir précédemment, sa présence s'est considérablement réduite au Kosovo depuis l'amnistie générale décrétée en avant le conflit avec la Serbie.

En Albanie, le nombre d'assassinats liés aux affaires de gjakmarrja est passé de 45 en à 12 en , tandis que le nombre de familles cloîtrées a décru de à en 3 ans, entre et Cependant on note indéniablement une extension géographique du phénomène en raison de l'exode rural qui permit à partir de à la population du nord de s'installer, sans autorisation, dans la capitale Tirana.

Loin de restreindre la gjakmarrja, l'exode a contribué à sa diffusion dans des zones où jusque-là elle était absente, c'est-à-dire Tirana et le sud de l'Albanie.

Les statistiques sont tout à fait éloquentes: Le déracinement, loin de favoriser la rupture avec les pratiques traditionnelles de justice clanique en référence plus ou moins lointaine avec l'antique Kanun , et de permettre l'intégration dans une culture urbaine, s'est traduit par une marginalisation de cette population à la périphérie de la ville. Incapable de trouver un travail correspondant à ses qualifications principalement agricoles, elle s'est trouvée placée en situation de dépendance et d'assistanat.

Chômage, misère sont le lot quotidien dans la banlieue de Tirana et de Durres. Aujourd'hui en Corse, la vendetta familiale au sens traditionnel n'existe que de façon ponctuelle. Face à la vendetta les tentatives de réponses se réfèrent soit à une logique clanique soit à celle de l'État.

De plus dans ces situations se mettent en place des solutions individuelles et des solutions collectives en fonction de l'évolution de la crise et du degré de tension. Elle fait partie des règles coutumières. Grâce à leur diplomatie et leur autorité, ils faisaient taire rancune et fusils. Parmi les solutions proposées il en est une qui peut sembler a priori paradoxale mais qui a permis de résoudre beaucoup de situations jugées inextricables: La réconciliation passait par le mariage d'un garçon et d'une fille choisis dans l'une et l'autre famille.

Elle entrait dans une logique selon laquelle unir le sang de deux familles ennemies effaçait la dette du sang versé. En Crète, on a eu recours à ce type de solution lors de l'une des plus célèbres vendettas qui provoqua la mort de personnes appartenant aux familles Pentarakis et Sartzetakis. Un ancien président de la République grecque, Christos Sartzetakis, est issu de cette dernière famille.

Cette vendetta avait obligé la famille Sartzetakis à fuir la Crète pour se réfugier à Thessalonique et c'est seulement il y a un peu plus de dix ans que grâce à un mariage il put être mis fin à cette vendetta. En Albanie, on a également recours aux services de médiateur. La trêve est prévue d'ailleurs par le Kanun et l'on dit que c'est un honneur plus grand de pardonner que de tuer.

À Shkoder , la grande ville du nord de l'Albanie, s'est installée une commission de réconciliation dirigée par Emin Spahiu. Les formes de réconciliation nécessitent beaucoup de temps et peuvent revêtir des procédures très diverses. Pour la famille Hasani qui vit dans les montagnes du Nord de l'Albanie et plus particulièrement dans le village d'Ura e Shtrenjte, tout a commencé en pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'était le jour où les troupes italiennes ont débarqué dans le village. Arrêté par les soldats, le chef de famille a exigé, depuis sa prison, les excuses d'un habitant des hautes terres qu'il soupçonnait de collaborer avec l'ennemi. Comme les excuses ne venaient pas, l'oncle a pris une carabine et ainsi les deux familles s'engagèrent dans une vendetta qui dura cinquante-cinq ans.

L'aîné des Hasani est allé à Tropoja, le village de la famille adverse, avec l'imam et le prêtre catholique. Les mains liées avec des cordes, il s'est présenté à la famille adverse. Quand il s'est approché, le chef de famille pouvait soit lui couper la gorge soit couper la corde et le sang être pardonné.

Il a coupé la corde et le pardon lui a été accordé. Cette histoire montre notamment le rôle de médiateur des hommes d'église prêtre catholique et imam pour l' islam.

De plus la procédure du repentir est directement inspirée de la religion catholique: Il est clair que l' église catholique qui est très majoritaire dans cette région où la pratique religieuse est très forte peut, non seulement assurer une médiation, mais obtenir une réconciliation. Autrefois ainsi que le mentionne Frédéric Gibert dans son livre paru en Les Pays d'Albanie et leur histoire , les autorités religieuses surtout les catholiques dont les ouailles étaient particulièrement atteintes par ces vendettas imposèrent deux trêves annuelles: Celui qui les enfreignait était banni.

Elles avaient établi une sorte de tarif en compensation de la perte d'une vie humaine. On le payait autrefois en têtes de bétail et à l'époque de la rédaction du livre, en piastres: Aujourd'hui les trêves religieuses, comme le tarif des réparations financières, n'ont plus la même efficacité. En cas d'échec de médiation, il ne reste plus que l'enfermement et l'attente interminable d'un événement extérieur permettant la réconciliation ou l'exil.

C'est souvent vers cette solution que s'orientent ceux qui ont un minimum de moyens, même si elle implique d'abandonner la plupart de ses biens maisons, terres , ce qui rebute plus d'une famille. Autre situation évoquée en par un journal grec: Aujourd'hui il n'en reste plus que dix. Tous les membres de la famille d'un criminel ou portant tout simplement son nom ont été contraints de fuir pour éviter la mort.

Toujours en Grèce, mais mettant en cause deux familles albanaises ayant émigré dans l'île de Hydra , un meurtre se produisit en La police de l'île procéda à l'arrestation du meurtrier et le traduisit en justice où il fut condamné à douze ans d'emprisonnement.

Cependant, consciente des risques de vendetta entre les deux familles, la police grecque conseilla aux parents du meurtrier de trouver refuge ailleurs que dans l'île de Hydra qui ne compte que habitants permanents et de s'installer à Athènes pour se fondre dans les trois millions de métropolitains.

La famille suivit ce conseil. De plus son patriarche envoya un émissaire pour demander d'accepter ses regrets ou toute autre forme de réparation qui satisferait la famille du mort. Un refus s'ensuivit assorti d'une menace: Dès lors certains membres du clan visés par la gjakmarrja décidèrent de partir à l'étranger, notamment au Canada où leur demande d'asile fut examinée par les tribunaux. En Albanie une affaire récente suscita une émotion à la fois sur place et à l'étranger: Ndoc Cefa , président du conseil municipal de la ville de Shkoder et directeur du théâtre Migjeni , institution culturelle de renommée nationale, est conduit à vivre enfermé chez lui depuis que son neveu a assassiné à Londres en décembre un autre Albanais.

Le coupable, considéré comme un déséquilibré, est enfermé dans un hôpital psychiatrique en Albanie. Malgré ces circonstances, une gjakmarrja est réclamée par la famille de la victime qui refuse de prendre en considération l'irresponsabilité pénale du meurtrier.

Ndoc Cefa , le représentant le plus connu de la famille tant pour des raisons politiques que par ses responsabilités professionnelles, se voit rapidement menacé de mort notamment par téléphone et de préférence la nuit. Les médiateurs locaux reconnus par la population et par les institutions officielles échouèrent dans leurs démarches. Contraint de limiter au maximum ses déplacements, il dut organiser chez lui toutes les réunions relatives à la gestion du théâtre.

Dans l'incapacité de remplir son mandat électoral il fut conduit en à envisager de fuir à l'étranger. Cette affaire est dramatiquement exemplaire car elle démontre la capacité d'étouffement que peut entraîner un tel processus sur des individus. De plus si un aspect politique n'est pas à exclure dans cette affaire comme dans beaucoup d'autres vendettas en Albanie et ailleurs, sa mise à l'écart et qui plus est son départ permettent de se débarrasser d'un responsable politique important sur une ville.

La vengeance est une façon d'organiser l'emprise d'une famille et plus largement d'un clan sur un autre. Chez les populations albanophones, ce mode de réconciliation à grande échelle s'est produit à deux reprises. En Albanie , alors partie intégrante de l' état ottoman , les chefs de tribus décidèrent de faire cesser au préalable les querelles intestines entre les différentes familles avant de s'engager dans la lutte pour l' indépendance qui aboutit à la création en d'un État albanais.

Au Kosovo , beaucoup plus récemment, dans les années , un groupe de jeunes qui avaient été emprisonnés par les Serbes décidèrent de s'engager dans la voie de l'éradication de la vendetta qu'ils considéraient comme une tradition anachronique pour notre époque et très dangereuse dans le combat face à Milosevic.

Ils ont fait appel au conseil des droits de l'homme de Prishtina et en particulier à Anton Çetta , un universitaire albanais fondateur du mouvement de bonne compréhension de la paix. Ensemble ils ont formé des groupes de réconciliation qui se sont déplacés dans les communes et ont expliqué aux familles combien il était archaïque de régler les problèmes de cette façon.

La réconciliation était un moyen bien plus constructif. L'initiative se développa à partir du 23 février À l'époque les Albanais disposaient encore de médias. Ils y ont diffusé un certain nombre de messages en faveur de cette action progressiste. Elles eurent lieu en public pour une action éducative en direction de l'ensemble de la population et tout particulièrement de la jeunesse.

Le plus souvent ce sont cent à deux cents personnes qui y participaient mais certaines réunions ont rassemblé jusqu'à cent mille personnes. À Décani c'est une foule de cinq cents mille personnes qui répondit à l'appel, dont certaines venaient du Monténégro , de Macédoine , de Serbie du Sud. Les lieux où des cérémonies de réconciliation se sont déroulées ont été appelés: Au total, ce sont près de mille meurtres , cinq cents cas de blessures et sept cents conflits divers qui ont pu être résolus, y compris avec des américano-albanais.

Cette mobilisation a été vraiment importante pour résister aux provocations de la police serbe et à sa volonté d'utiliser la vendetta pour diviser le mouvement albanais et freiner l'émergence du KLA et de l' UCK dans les années La police effectua des descentes se traduisant par des emprisonnements et des expulsions ciblés contre certains clans et en épargna volontairement d'autres.

Il s'agissait d'inciter les Albanais à reporter leur vengeance sur des clans épargnés en les soupçonnant de trahison. Là encore l'autorité morale et la médiation d'une personnalité reconnue ont permis d'aboutir à ce résultat. Ces deux faits historiques prouvent donc que l'intérêt national parvient à dépasser les intérêts particuliers et notamment claniques dans des circonstances qu'il faut qualifier d'exceptionnelles.

Pour ne prendre que l'exemple de l'empire ottoman, les autorités avaient créé par un décret loi de , des commissions de conciliation dites de Musalâhat-Dem en vue de prévenir l'enchaînement des meurtres, notamment en Albanie qui était alors une province de l'empire.

En cas d'échec de cette tentative de pacification, les commissions étaient habilitées à décider de la déportation de l'une des familles dans une autre localité. On ne dispose pas d'informations précises sur les résultats de cette pacification musclée mais l'arrivée des guerres balkaniques puis de la Première Guerre mondiale rendit caduque cette initiative.

Après l'installation de la république des mesures spécifiques furent prises pour lutter contre la vendetta; elles privilégiaient l'éloignement des familles, certains évoquaient le terme de déportation pour éradiquer ce phénomène. De plus cette loi de retenait le principe de responsabilité collective contraire à celui de la responsabilité individuelle.

Les familles déportées étaient cependant libres de s'établir là où elles le souhaitaient dès lors qu'elles ne s'approchaient pas à moins de cinq cents kilomètres de leur localité d'origine. Inutile de préciser que cette législation fut considérée non seulement comme vexatoire mais aussi comme un moyen d'appauvrir les familles, celles-ci perdant à la fois leurs terres et leurs maisons. Loin d'atténuer les ressentiments, elle a contribué à nourrir la haine et le désir de vengeance.

De nombreuses pétitions émanant des familles de déportées furent adressées à l' Assemblée nationale turque. Géographiquement dans les années , seize départements sur les soixante-trois que comptait alors la Turquie, principalement en Anatolie et autour de la Mer Noire , tombaient sous l'effet de cette loi. C'est en qu'une nouvelle législation fut introduite après que la cour constitutionnelle l'eut invalidé notamment parce qu'elle violait le principe d'individualité des peines ainsi que le droit de choisir son domicile.

Les effets de cette politique répressive ne sont pas évidents: Artun Unsal dans son livre Tuer pour survivre: Quant aux condamnations, elles font l'objet quasiment systématiquement de circonstances atténuantes.

Les juges traitent les crimes d'honneur avec plus de compréhension que les crimes crapuleux. De plus profitant des dispositions plus clémentes du code pénal à l'égard des mineurs, les familles, ainsi que le souligne Artun Unsal , peuvent charger un de leurs membres de l'exécution de cette affaire d'honneur. Désormais la vendetta des villes existe au même titre que la vendetta des champs.

Depuis l'indépendance, l' Albanie notamment en à l'époque du roi Zog I er a essayé de se doter d'un code pénal inspiré des législations occidentales avec des résultats très variables selon les régions. Même les Français , qui administrèrent une partie de l' Albanie durant la Première Guerre mondiale et jusqu'en , s'attaquèrent à ce fléau.

Selon Jacques Boucart qui participa à cette opération et publia en un ouvrage intitulé L'Albanie et les Albanais. Il nota que la guerre avait permis de suspendre les crimes d'honneur et l'administrateur français décida de constituer une cour d'honneur qui avait pour mission de réconcilier les adversaires. Tout meurtre après un certain délai serait puni de mort et la famille du meurtrier prise comme otage.

D'après lui, ces mesures particulièrement répressives eurent un effet décisif contre la vendetta. Il signalait également que l' Église , en instituant une trêve perpétuelle, pourrait aider à éradiquer la vendetta dans la partie catholique de l' Albanie. Il concluait en soulignant que c'était une condition nécessaire pour le développement à venir de l' Albanie. Depuis , ce pays s'est doté d'une constitution: Un code pénal a succédé, en , à celui de l'époque communiste.

Il respecte les principes de l'État de droit. De plus, depuis deux ans le Parlement a renforcé les dispositions relatives à la lutte contre la vendetta. À l'article 78 de ce code pénal, un paragraphe 17 a été ajouté: L'article 83 du même code vise la menace de vengeance ou de vendetta envers un enfant et la rend passible d'amende et de peines pouvant aller jusqu'à trois ans de prison.

Cette dernière disposition est tout à fait nécessaire pour dissuader les vendettas appliquées aux enfants mais jusqu'à présent elle n'a pas eu l'efficacité espérée dans la mesure où ils restent des cibles de choix dans la gjakmarrja. D'après le ministère de l'éducation cent quarante-deux enfants seraient privés de scolarité parce que cloîtrés chez leurs parents.

D'après d'autres sources ils seraient entre quatre cents et huit cents. Il faut s'attarder encore un peu sur ce qui est à l'origine de toute vendetta: L' honneur invoqué à tout propos et à tous les moments de la vie est devenu dans certains groupes ou populations une obsession. Chez les nationalistes corses , dans certaines populations anatoliennes ou albanaises, l'invocation permanente de l' honneur pour les choses les plus graves comme les plus futiles est une attitude qui permet de régler ses comptes.

En effet si tout est régi par un code de l'honneur à l'interprétation très élastique, voire auto-interprétative, cela se révèle bien pratique pour légitimer la vengeance y compris crapuleuse.

Il résulte de ce rapide survol de la confrontation entre État de droit et droit coutumier au travers de l'exemple de la vendetta que celle-ci en tant que vengeance d' honneur reste un phénomène actif dans cette partie de la Méditerranée.

Il ne sert à rien de pointer du doigt un pays, actuellement de préférence l' Albanie , et d'occulter ce qui se passe, sous des formes très diverses en Turquie , Italie méridionale , Grèce ou même en France. Il ne sert à rien non plus de nier son existence ou de la classer au rang des archaïsmes de l'histoire. En effet, la tentation est parfois grande dans nombre de pays de refuser de voir la détresse de certaines familles, taxées d'attardées ou de rurales.

En dehors du mépris dont cette stratégie est porteuse, elle ne peut camoufler durablement le phénomène et ses variantes. Aujourd'hui la vendetta s'est modernisée, sortant des zones rurales ou excentrées, elle s'est adaptée au milieu urbain. Fuir Shkoder pour Tirana , ou Hydra pour Athènes puis l' Amérique ne met plus forcément à l'abri de la vengeance. Fait heureusement encore rare, la vendetta franchit les frontières ainsi qu'en témoignent certaines affaires en Allemagne à propos de ressortissants turcs ou calabrais.

De même en France en à Luynes Bouches-du-Rhône le père de l'auteur d'un double meurtre passionnel entre familles kosovares a été victime d'une vendetta. Il a été exécuté sur le parking de la prison de Luynes où il venait de rendre visite à son fils écroué. Pourtant se sachant menacé, il avait averti les autorités et avait même mis sa maison en vente.

Phénomène plus inquiétant encore, peuvent se développer des formes politiques et économiques mafieuses. L'arrière plan politique de la vendetta reste une constante, tant en Corse qu'en Albanie ou en Turquie. L'autre constante c'est le défi à l' État de droit , défi au code pénal en court-circuitant les instances judiciaires, défi à la démocratie en éliminant un adversaire politique.

Aujourd'hui plus encore qu'hier, il est décisif de convaincre les populations que l' État de droit peut leur apporter justice , respect des droits des enfants, des femmes et des hommes. La mise à l'index de la vendetta implicite ou explicite qui existe dans le droit pénal de tous ces pays n'est malheureusement pas suffisante.

Des progrès sensibles ont déjà été faits dans tous ces pays par la mise en place de l'État de droit. Constitution et code pénal dans la plupart des pays sont inspirés par les valeurs universelles des droits de l'homme. En outre en Albanie , les médias et tout particulièrement les quotidiens se font l'écho des affaires de vendetta et de gjakmarrja accentuant la prise de conscience de la gravité de la situation et de son caractère anormal.

Le Parlement et le président de la République , Alfred Moisiu , s'en préoccupent. Il a pris une initiative en se rendant à Shkodër en juin et dans son intervention, a insisté sur la mobilisation nécessaire de la police et de la justice pour faire appliquer la loi. L'un des aspects les plus révoltants de la vendetta, la réclusion des enfants fait l'objet aujourd'hui d'une réflexion et de propositions concrètes: D'autres propositions ont été établies, notamment dans le cadre de l' Union de l'Europe occidentale UEO.

Cette institution a été chargée par l' Union européenne en de mettre en place dans l'Europe du Sud-est un élément multinational de conseil en matière de police EMCP.

Un rapport détaillé a été rédigé en par Michael Hancock et Lord Ponsonby. Ils plaçaient l'élimination du Kanun parmi leurs trois priorités, avec la lutte contre la corruption et le crime.

Ils soulignaient qu'il n'y avait pas suffisamment de centres de résolution des conflits dans le nord de l' Albanie. Ce type de centre fait prendre conscience à l'ensemble de la communauté de l'existence d'autres méthodes de résolution des conflits et permet, entre familles ennemies de se rencontrer dans un lieu neutre pour tenter de régler leurs problèmes.

Ils regrettaient que le centre, créé par l' anthropologue Antonia Young qui effectuait un excellent travail, ait dû fermer par manque de fonds. Si l'éradication de la vendetta sous toutes ses formes n'est pas envisageable à brève échéance, la confrontation à l'échelon européen des expériences et des initiatives, qu'elles relèvent de l' État , du mouvement associatif et bien entendu des intéressés qui sont de moins en moins silencieux , devrait être d'actualité.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Vendetta homonymie. Cet article ne cite pas suffisamment ses sources avril Pour le Robert en revanche 2 e éd. Cliquez ici pour le voir. Cliquez ici pour les voir. Suite des derniers skuds. Skuds populaires du jour. Tous les buzz du jour.

Je suis fou d'elle Aller sur le forum. Passions populaires Rencontrer des ados qui ont les mêmes passions que vous, comme par exemple Toutes les autres passions.

Membres 69 Forum Chat Un membre qui a fait certifié son identité par notre équipe d'admins. Du coup vous pouvez échanger tranquillement avec un membre certifié, vous êtes assuré qu'il ne s'agit pas d'un fake. Nos vérifions, la date de naissance, le pays, le sexe, les photos, N'hésitez pas à faire certifier votre compte, c'est rapide et gratuit! Plus d'infos par ici. Même si ce ne sont que des soupçons, faites donc attention quand vous parlez à un membre surement fake!

S'il s'agit de votre profil et que vous n'êtes pas un fake, pensez à faire certifier votre profil! Faites donc très attention quand vous parlez à un membre fake!

Actuellement en ligne

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.