Imperial Cleaning

Voir aussi ...

La tendance est à une diminution du nombre et de la taille des navires et d'une réduction du nombre de marins à bord: DIR-Rebreather compte parmi les meilleurs formateurs et plongeurs recycleurs profonds du vieux continent.

Rencontrez des amis, et participez avec eux à des activités culturelles ou de loisirs

Soixante ans d’existence et d’expérience !

Profitez de vos vacances plongée pour découvrir les charmes de Marie-Galante. Vous serez séduits par la beauté de ses paysages sauvages et la légendaire gentillesse des marie-galantais. Cap Reva Resort Hotel. Cet hôtel d'inspiration créole est situé au Sud de l'île de Marie-Galante, dans le petit village de Capesterre. Il fait face à la magnifique plage de la Feuillère.

Le Cap Reva dispose de jolis bungalows orientés vers la mer. L'hébergement est simple et confortable. Le Cap Reva Resort Hotel est l'endroit idéal pour des Les sites de plongée sont tous très proches, à environ 10 et 15 minutes de bateau. A Marie-Galante, les sites de plongée sont appelés des Cayes.

Les habitants multicolores de ces récifs reçoivent régulièrement la visite des raies pastenagues, des raies-léopards, des grands barracudas solitaires ou encore des nombreuses tortues qui vivent autour de Marie-Galante. Au Nord, le grand tombant ravira aussi les amateurs de plongée profonde. Les patates de corail abritent une belle faune fixée. Les éponges tubulaires sont très impressionnantes et explosent de couleurs. On observe une belle ancre totalement colonisée.

Là encore les éponges sont de toute beauté. Sur ce site on observe de larges bancs de lutjans, des rascasses, des anémones, des crevettes et des langoustes.

Ce site est magnifique. Vous plongerez au milieu de 2 valléesde corail. La faune y est très dense avec des carangues, des platax, des raies pastenagues et des bancs de barracudas. Case Blanche offre une belle balade sur une caye qui abrite une belle faune.

Caye Inversée est une suite de cirques, de plateaux et de patates de corail. Les fortes précipitations pourront gâcher votre séjour! Au début du printemps les baleines à bosse, accompagnées des baleineaux, font un stop dans les eaux chaudes de ce paradis tropical. Nous poursuivons notre survol vers l'arrière.

Alex passe de l'autre coté de la coque pour aller shooter les hélices et les gouvernes de profondeur. Deux Mola-molas viennent nous saluer Il est tant de remonter ça fait plus de 18' que nous "traînons" au fond et le Vision nous annonce déjà ' de DTR! Demi-tour, à fond de scoot vers le kiosque et le flasheur qu'Alex y a accroché.

Fini de jouer, on remballe, il faut se concentrer pour faire une belle remontée, sous peine de le payer cash par de longues minutes de déco supplémentaires. La remontée est nickel et le Vision ne nous rajoute pas de DTR Les premiers stops commence vers 70m et nous remontons lentement au rythme imposé par l'ordi Vision qui pilote nos recycleurs.

Nous mettrons près d'une heure pour rejoindre 6m et nous ferons près de 70' à 6m en compagnie des autres membres de la bande Alex se "matte" un film sur son iDive et moi je bouquine le magazine en papier glacé laissé dans un sac filet à la barre de palier La mer s'est à peine levée, mais suffisamment pour que la barre de palier soit inconfortable Près de ' après notre immersion nous retrouvons la surface, des souvenirs du Protée plein les neurones.

Les autres sortent de l'eau les uns après les autres, avec le même sourire vissé sur leur visages. Changer la chaux et remonter les machines pour la plongée sur le Natal. Bien que légèrement moins profond, il n'en reste pas moins qu'une plouf à m ne souffre d'aucune approximation quant à la préparation et à la vérification du matériel Jeudi 21 juin, levé tôt pour rejoindre l'équipe sur le port de La Ciotat.

Comme la veille, tout le monde s'affaire, le bateau est chargé en un rien de temps et nous voguons en direction de Marseille sur une eau des plus plate et lisse. Puis, Philippe donne le signal, on approche Gueuse larguée, comme la veille Alex et moi aurons l'honneur de nous immerger les premiers L'eau est verdâtre on ne distingue même pas le bout qui descend, ça promet!

On m'aide à brêler tout mon matos et me voilà à 6m avec mon pote Alex pour le traditionnel bubble-check. Il y a moins de 2m de visi et nous sommes entourés de particules de bonne taille qui flottent dans une eau à la couleur peu ragoutante!

Vers 15m les particules disparaissent la visi s'améliore et peu à peu l'eau redevient claire. La descente "à fond de scoot" ne nous prend pas plus de 2'30 et nous voilà sur le pont du NATAL où il fait "nuit noire".

Toute la lumière est piégée par les particules de surface mais il y a au moins 20m de visibilité devant nos phares. L'obscurité et le silence total qui règnent y sont certainement pour beaucoup, mais l'épave en elle-même également. De gros congres sont désormais les maîtres du Natal et les garants de sa quiétude! Mes yeux se sont acclimatés à la noirceur ambiante et Alex trace déjà vers la proue.

On passe devant un bossoir, quand un beau St-Pierre attire nos regards, je l'éclaire, Alex le shoote, encore et encore il semble se prêter au jeux et prend la pose L'intermède "bio" terminé nous repartons vers l'avant. Le gaillard avant est moins désertique que la partie du pont que nous avons survolée. M on regard est attiré par deux grosses masses blanches sur la bordée bâbord.

A quelques mètres l'un de l'autre, deux magnifiques buissons de corail noir illuminent la morosité ambiante. Je dispose les flashes esclaves et Alex ajuste les réglages de son appareil. Les buissons nous font exploser toute leur blancheur immaculée aux yeux, sous les flashes crépitants L'ambiance légèrement lugubre devient féérique Alex fera plusieurs clichés de ce trop rare corail noir qui est blanc avant de reprendre sa progression vers la proue.

Des nuées d'Anthias nous masquent l'épave du Natal. Les guindeaux et d'autres débris donne un peu de volume à cette partie du pont. On se positionne, et des rafales de flash révèlent les couleurs éclatantes de l'épave Encore quelques clichés et il est temps de regagner la gueuse On distingue bien le flasheur d'Alex qui matérialise le bout qui nous ouvre le chemin vers la surface.

Un dernier regard à mon afficheur, ' de DTR pour près de 20' sur le Natal En remontant nous croisons les 2 autres palanquées lourdement chargées de BO qui entament leur explo. On est à près de 11milles au large et pourtant on a l'impression de plonger à la sortie de l'émissaire de Marseille!

Au fur et à mesure que l'on approche des 6m le visi se dégrade encore pour être inférieure à 2m. Alex qui a pris l'autre bout celui du contre poids de la bouée n'est déjà plus dans mon champ visuel Impossible même de localiser la barre de palier installée par Philippe avec mon sac-filet qui contient quelques compotes, un Camel-bag avec du jus de fruit et de la lecture Je ne vois plus Alex Je sors ma longe de palier, la clampe sur le bout et décide de rester là.

J'ai plus de 70' à rester planté là, à 6m, sans Alex, sans lecture ni boisson, ni compote Pour m'occuper j'ai juste les particules à compter et à regarder s'égrainer lentement les minutes de DTR que m'affiche mon Vision Cet interminable palier sera un long moment de solitude avec pour seule compagnie le bout de corde qui me relie à la surface Les autres palanquées arrivent elles aussi dans la zone des 6m.

Enfin un peu de compagnie Je vais rester encore plus de 30' en avec Vic avant que mon afficheur ne m'autorise à retrouver la lumière de la surface Sous-marin français de 92m de long de classe "Pascal". Ce sous-marin de "grande croisière" fait partie d'une série d'une 30aine d'unités fabriquées dans les années , comme le "Redoutable".

Il pouvait plonger jusqu'à une profondeur de 80m et se déplaçait à une vitesse de 18nd en surface cv, 2 moteurs diesel et 10nd en immersion cv, 2 moteurs électriques. Il avait à son bord 74 hommes d'équipage lorsqu'il partit en patrouille le 18 décembre au Sud de Marseille. Les circonstances de sa perte ne sont pas bien connues, mais il est fréquemment admis qu'il a touché une mine au niveau du kiosque aux alentours du 20 décembre Les corps des 74 hommes d'équipage sont restés à bord et l'épave est considérée comme "sanctuaire maritime".

Lancé en , ce paquebot mixte de m doté de 3 mâts et de d'une machinerie vapeur à 8 chaudières de plus de cv, est destiné aux lignes vers l'Australie. Il est le premier d'une série de 7 paquebots. Il sillonne toutes les mers de la planète avant d'être doté ,en , d'une machinerie à triple expansion qui verra passer sa puissance à plus de cv. Il est "réquisitionné" en pour les services postaux et d'autres missions; il participe à l'expédition des Dardanelles en Il coule en 10' en emportant son capitaine et autres victimes.

Le kiosque du Protée 69 ans plus tard! La voiture avec le matériel de deux plongeurs!!! La proue du Natal quelques 95 ans plus tard! DIR-Rebreather compte parmi les meilleurs formateurs et plongeurs recycleurs profonds du vieux continent. Le but de cette association est de "plancher" et de proposer des solutions pour plonger profond en recycleur avec la plus grande sécurité possible. Leurs standards ne sont que des propositions et non des contraintes obligatoires.

Pim a tout d'abord fait quelques propositions de run-time selon les procédures DIR-Rebreather, mais au final nous avons pu plonger, avec son accord, à "notre façon".

Ce qui souligne, s'il en est encore besoin, l'ouverture d'esprit de DIR-Rebreather, loin des dogmes imposés par d'autres organisations. La gentillesse, la compétence de Pim et des autres membres nous ont permis de passer une expédition incroyable avec de belles rencontres, une ambiance d'enfer et des plongées extraordinaires Temps fond, Run Time Protée m; Natal - m - Point haut des épaves:

Coup d'oeil sur cet article

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.