Imperial Cleaning

Site de rencontre Suisse

Le speed dating consiste à faire se rencontrer des personnes préalablement sélectionnées selon des critères spécifiques pour une durée courte typiquement sept rendez-vous de sept minutes chacun [ ]. Gold mining, for example, appears to have had a wider impact on the Tibetan environment than other mineral resource exploitation due to the fact that gold is relatively cheap and easy to extract and process, potentially providing a quick profit.

Présentation de Proximeety.ch

Menu de navigation

Ligue 1, Ligue 2, Coupe de France, etc Championnats Etrangers et Coupes d'Europe. Sep 1 , Ligue Des Champions Par: Ligue Des Nations Par: Coupe du Monde Jul 17 , Jul 12 , Phase 4 - Les Demies-finale Jul 18 , Jul 27 , Bilan Euro Par: Dec 4 , Résumé Tout Des Matches De Aug 13 , Saison - Par: May 27 , Aug 20 , Mlb - Baseball Par: Les Futurs Cracks Par: Aug 14 , Apr 9 , Jul 31 , Aug 27 , Meyers affirme que le matériel radioactif a été incorrectement manipulé, induisant un nombre élevé de cancers et de malformations congénitales chez les populations avoisinantes et que le corps médical tibétain a attribué près de la moitié des décès dans la région à une variété de cancers liés à la radioactivité et à des maladies du système immunitaire.

Selon Raymond Meyers , près des rives du lac Kokonor district de Haiyan , préfecture autonome tibétaine de Haibei , dans la province du Qinghai, Deng Xiaoping supervisa la construction d'un centre de recherche d'armes nucléaires au début des années appelé la Neuvième Académie [ 74 ]. C'est là, entre et , que furent mises au point la première bombe atomique chinoise et, deux ans plus tard, la première bombe à hydrogène chinoise, lesquelles furent testées sur le site de Lop Nor au Xinjiang [ 75 ].

Aujourd'hui, cette base est déclassifiée et ouverte au public. Fermée en , elle avait été cédée au gouvernement local en On peut en visiter certaines parties: Un musée a été établi à la base de Xihai. Des hôtels et des restaurants ont été construits dans le bourg [ 76 ] , [ 77 ].

En , la Chine entreprit la construction d'un centre de retraitement des déchets nucléaires dans une région aride de la province de Gansu. Selon le gouvernement tibétain en exil, il existe plusieurs sites fortement contaminés par la radioactivité sur le plateau du Tibet. De plus, les vents de haute altitude qui soufflent au Tibet peuvent transporter la radioactivité à de grandes distances [ 81 ]. Pour consolider ses alliances politiques, il prend pour épouses la princesse népalaise Bhrikuti , fille du roi Amsuvarma , et la princesse chinoise Wencheng Gongzhu , nièce de l'empereur Tang Taizong.

Entre et ? Il y a traduction de textes bouddhiques du sanskrit en tibétain. L'expansion de l'empire se poursuit. Les Tibétains occupent la capitale chinoise Xi'an Xi'an en On assiste à de nombreuses traductions en tibétain de textes bouddhiques sanskrits et chinois. La Chine et le Tibet signent plusieurs traités de paix. Le traité de paix sino-tibétain de , gravé sur trois piliers dont l'un est encore visible à Lhassa , place Chinois et Tibétains sur un rang d'égalité et établit les frontières entre les deux pays.

Des Tibétains se rendent en Inde auprès de grands maîtres. L'activité de traduction de textes bouddhiques reprend. Plusieurs grands maîtres fondent des écoles, ainsi Marpa le traducteur , dont un disciple, le célèbre Milarépa , est à l'origine de l'ordre des kagyus , et Khön Köntchok Gyalpo , qui fonde en l'ordre des Sakya.

Enfin, Atisha , moine indien, arrive au Tibet en et fonde l'ordre des kadampas. Ce dernier ordre influera tant les ordres existants qu'il se répandra dans les autres ordres et disparaitra en tant que tel dans les siècles suivants. De à , le Tibet se trouve sous le contrôle administratif de la dynastie Yuan à la suite de sa conquête par les chefs mongols Ködan Khan et Möngke Khan et l'unification de ses principautés religieuses et laïques.

Fondée par Kubilaï Khan , la dynastie Yuan s'appuie sur la lignée des sakyapa du bouddhisme tibétain pour administrer le Tibet, recevant en échange ses enseignements spirituels. Les régions de l'U et du Tsang sont divisées en 13 myriarchies trikkor tchousoum , qui doivent chacune verser un tribut aux Mongols et leur fournir des soldats. À leur tête se trouvent treize myriarques tripeun nommés parmi les familles nobles ou les lignées religieuses [citation nécessaire] [ 85 ].

La première mesure administrative prise par les Mongols est un recensement couvrant le Tibet central. La deuxième mesure est l'instauration d'un service postal permettant au gouvernement impérial à Pékin de recevoir des nouvelles en temps opportun et de transmettre rapidement ses ordres au Tibet. Ces mesures et d'autres concernant les impositions et les milices, sont instaurées en [ 86 ]. Les Yuan instaurent également l'usage du calendrier et des lois qui prévalent dans l'ensemble des provinces chinoises.

Il interviennent directement dans les grandes décisions administratives comme la nomination et le renvoi des hauts fonctionnaires [ 87 ]. Le moine tibétain Drogön Chögyal Phagpa , chef de l'école sakyapa, rejoint la cour mongole de Kubilaï Khan et devient le précepteur spirituel de ce dernier.

En débute la dynastie chinoise des Ming qui durera jusqu'en Selon les historiens de la République populaire de Chine, la dynastie Ming patronnait l'activité religieuse du Tibet , mais également agissait en tant que souverain de la région tibétaine.

Cependant pour la plupart des historiens hors de la RPC, la relation du Tibet et de la Chine était celle de la suzeraineté, et les titres Ming seulement nominaux, le Tibet restant une région indépendante hors du contrôle Ming, payant simplement un tribut jusqu'au règne de Jiajing , qui mit mis fin aux relations de la Chine avec le Tibet. De à , le gouvernement du Tibet, à la tête duquel alternent le dalaï-lama et le régent du Tibet , n'est pas représentatif en raison de sa nature théocratique [ 89 ].

Celui-ci envahit le Tibet en , détrône le roi Tsang et, en , donne le pouvoir à l'abbé du monastère de Drépung, Lobsang Gyatso , le V e dalaï-lama [ 90 ] , qui instaure, selon Samten G.

Karmay , une théocratie marquée par la suprématie absolue du clergé et la subordination des laïcs ou civils à ce dernier [ 91 ]. Nombre d'orientalistes, de voyageurs et d'auteurs signalent la nature théocratique du régime tibétain. D'autres auteurs les tibétologues Ishihama Yumiko et Alex McKay , utilisent le terme de gouvernement bouddhiste , union des fonctions spirituelle et temporelle, pour décrire le gouvernement développé par le 5 e dalaï-lama , qui influencera les Mongols et les Mandchous [ 98 ] , [ 99 ].

Selon Roland Barraux , le gouvernement tibétain créé par le 5 e dalaï-lama s'est laïcisé et structuré en passant de Drépung au Potala [ ]. Selon Fosco Maraini , si le dalaï-lama est le chef de l'État et du gouvernement, les laïcs occupent également de hautes fonctions dans l'administration des affaires publiques.

Dans son ouvrage Tibet secret , il décrit ainsi le gouvernement du Tibet: Le premier ministre religieux, Chikyap Chempo , et le premier ministre laïc, Lönchen , faisaient la liaison entre les conseils et le dalaï-lama. Le 5 e dalaï-lama , qui rendit visite à l'empereur Qing à Pékin, rétablit la relation de Chö-yon de chapelain à donateur. Cette relation fut interprétée de façon différente par les empereurs Qing et les Tibétains [ ].

La dynastie Qing place l'Amdo sous son autorité en et incorpore le Kham oriental dans les provinces chinoises limitrophes en Un commissaire ou amban est envoyé à Lhassa en En , l'amban et les Han et Mandchous habitant Lhassa sont tués lors d'une émeute. L'année suivante, les troupes envoyées par le gouvernement répriment la rébellion.

Les meneurs et certains de leurs partisans sont exécutés et des changements sont apportés à la structure politique. Le dalaï-lama devient le chef du gouvernement ou kashag et l'amban voit son rôle accru dans la gestion des affaires tibétaines.

Parallèlement, les Qing font en sorte de contrebalancer le pouvoir de l'aristocratie en mettant à des postes clés des responsables issus du clergé bouddhiste [ ]. Selon l'historien italien Luciano Petech , à partir de , le protectorat exercé par la dynastie Qing au Tibet prend sa forme définitive et demeure inchangé jusqu'en , à l'exception de quelques aménagements en où, aux droits de contrôle et de regard donnés aux ambans , s'ajoute une participation directe au gouvernement tibétain [ ].

Selon le ministre conseiller de la République populaire de Chine Hong XiaYong , de à , ce sont en tout 57 ambans qui sont en poste au Tibet où ils ont la haute main sur l'administration locale pour le compte de l'autorité centrale [ ]. Selon le sociologue chinois Rong Ma [ ] , la principale mission échue aux deux ambans et à leurs troupes était de s'assurer de la subordination du Tibet au pouvoir impérial, de maintenir le Tibet en paix et de le défendre contre toute invasion étrangère.

Selon l'explorateur et anthropologue russe Tsybikoff , l'amban mandchou, nommé par la cour impériale de Pékin, supervise l'échelon gouvernemental supérieur, ce qui montre à l'évidence la dépendance vis-à-vis de la Chine du gouvernement du Tibet central dont le chef spirituel et séculier est le dalaï-lama [ ].

Le gouvernement du Tibet est entre les mains d'un conseil du nom de deva-dzung présidé par le dalaï-lama. Les membres principaux de ce conseil sont quatre kalon ou dignitaires, nommés par l'empereur de Chine, et leurs rencontres se tiennent dans un bureau spécial — le kashag [ ]. Le 14 e dalaï-lama , pour sa part, écrit que les deux dignitaires, appelés ambans, désignés en par l'empereur pour le représenter à Lhassa, exerçaient une certaine autorité, mais toujours sous le gouvernement du dalaï-lama [ ].

Il délègue son autorité temporelle à un radjah , appelé Nomekhan ou Gyalbô , qui gouverne avec quatre ministres et seize mandarins, tous nommés par un diplôme impérial et révocables au gré de l'empereur. Quatre mille soldats chinois sont distribués dans les stations importantes, et des postillons chinois, espèces de gendarmes, font le service des postes. Quatre grandes principautés et plusieurs petites sont administrées directement par des agents chinois.

Géographie générale , édition Garnier Frères, France, [ ]. Le Père Huc , dans son ouvrage Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet pendant les années , et , raconte que le Nomekhan ou Lama-Roi avait interdit par édit au femmes de se montrer en public à moins de se barbouiller la figure de noir, en raison de problèmes de libertinage dans les monastères [ ]. Il y raconte également qu'en , trois jeunes dalaï-lamas y étaient morts, le premier étranglé, le second, mort sous un effondrement de toiture et le troisième empoisonné avec toute sa famille et le Grand Lama de Kaldan qui lui était dévoué.

La population désignait le Nomekhan comme responsable de ces morts. En les Gurkhas népalais envahissent le Tibet méridional, saisissant Shigatse , détruisant, pillant, et défigurant le grand monastère de Tashilhunpo.

Le jeune panchen-lama est forcé de fuir à Lhassa à nouveau. Le paiement d'un tribut est imposé à ces derniers et ce tribut continua à être payé par le Népal à la Chine jusqu'au renversement de l'empire chinois [ ]. En , les Népalais envahissent la région ouest du Tibet. Avec l'aide des Chinois, les Tibétains les repoussent.

En , nouvelle tentative d'invasion des Népalais, abandonnée toutefois lorsque les Tibétains consentent à payer aux envahisseurs un tribut annuel équivalent à celui que les Népalais doivent verser à la Chine. Ils reçoivent en outre le droit d'extraterritorialité et celui de maintenir à Lhassa un consul-agent général, protégé par une petite troupe de soldats népalais [ ].

En , il y a un premier contact entre le Tibet et l'armée britannique qui a conquis le Népal et le Bhoutan et détaché le Sikkim de l'allégeance tibétaine. À partir de cette époque, les trois États himalayens, jusque-là soumis plus ou moins nominalement au Tibet et donc à la Chine, passent dans l'orbite de l'empire des Indes [ ]. En , le Gouverneur général des Indes britannique, lors de ce qui mena à une expédition militaire britannique au Tibet , jugea que la Chine ne disposait d'aucun pouvoir ou autorité sur le gouvernement tibétain [réf.

L'expédition militaire, conduite par le colonel Francis Younghusband , écrase dans le sang en la défense tibétaine et les Britanniques s'imposent au Tibet et s'y attribuent des privilèges commerciaux et diplomatiques. Pékin règle les sommes dues aux Anglais par les Tibétains [ ].

En , profitant du départ des troupes britanniques, la Chine reprend le contrôle du Tibet [ ] en tant que puissance suzeraine, jusqu'à la révolution de qui marque l'effondrement de l' Empire Qing et l'installation de la République de Chine. Après avoir obtenu le départ des troupes britanniques moyennant le paiement d'une indemnité, la dynastie Qing, quoique affaiblie, décide de jouer un rôle plus actif dans la conduite des affaires tibétaines. Pour préserver ses intérêts, elle lance un programme d'intégration du Tibet au reste de la Chine aux plans politique, économique et culturel [ ].

On prévoit de former une armée de six mille hommes et de séculariser le gouvernement tibétain en créant des commissions gouvernementales non ecclésiastiques. On projette un hôtel des monnaies, des routes et des lignes téléphoniques et la mise en exploitation des ressources locales. À Lhassa, une école s'ouvre en et un collège militaire en [ ] , [ ].

Un service postal chinois est établi et les premiers timbres sont émis avec des inscriptions en chinois et en tibétain [ ]. En , un journal bilingue, le Journal indigène du Tibet , est imprimé à Lhassa sur des presses apportées de Chine [ ]. Après sa fuite en Inde, le 13 e dalaï-lama est déposé par la Chine [ ]. Les troupes et les autorités officielles chinoises sont expulsées du Tibet en par les Tibétains.

En , à la suite d'une lettre de Yuan Shikai souhaitant restaurer le rôle du dalaï-lama, celui-ci répond qu'il ne demande aucun titre du gouvernement chinois car il entend exercer son pouvoir spirituel et temporel au Tibet [ ].

Cette lettre est considérée comme une déclaration d'indépendance par le gouvernement tibétain en exil [ ]. Selon le gouvernement tibétain en exil, le 13 e dalaï-lama , à son retour à Lhassa, émit une proclamation réaffirmant l'indépendance du Tibet le 14 février [ ]. Rubin , un expert américain en droit international qui a étudié les déclarations d'indépendance du Tibet, estime qu'elles n'étaient aucunement des déclarations politico-juridiques mais simplement l'affirmation par le 13 e dalaï-lama que la relation prêtre-protecteur ou chapelain-patron mchod-yon entre les dalaï-lamas et les empereurs chinois s'était éteinte du fait de la fin de l'empire [ ].

En , le Tibet et la Mongolie qui avait adopté le bouddhisme tibétain , était devenue vassale de l'Empire chinois puis indépendante depuis signent un traité de reconnaissance mutuelle de leur indépendance de la Chine en présence d' Agvan Dorzhiev. Selon Charles Bell , le Kashag et le 13 e dalaï-lama n'ont pas reconnu cet accord [ ] , [ ]. Toujours selon Bell, la communauté internationale n'a pas reconnu l'indépendance de la Mongolie, ni celle du Tibet [ ]. Selon le juriste Barry Sautman , le Tibet et la Mongolie en n'étant pas reconnus comme États par les autres États, le fait pour l'un et l'autre de se reconnaître mutuellement n'a pas plus d'importance que la reconnaissance mutuelle de l' Ossétie du Sud et de l' Abkhazie aujourd'hui [ ].

Selon Elliot Sperling , le fait que Tibétains et Mongols aient affirmé dans leur traité de être sortis de la domination par l'État mandchou, et n'être ainsi plus liés à la Chine, est significatif sur le plan de la terminologie [ ]. Pour l'écrivain Georges-André Morin, historiquement la notion de Tibet indépendant n'a aucun sens: Selon Barry Sautman, aucun État ne reconnaît le gouvernement tibétain en exil, ni l'assertion que le Tibet était indépendant [ ] et la Chine n'a jamais renoncé à sa souveraineté sur ce territoire [ ].

Selon Melvyn Goldstein et Cynthia M. Beall, entre et , le Tibet était une entité politique indépendante de facto , mais, sans bénéficier de la reconnaissance internationale d'un statut juridique indépendant distinct de la Chine [ ]. Pour Elisabeth Martens , l'indépendance du Tibet ne s'appuie sur aucun document officiel et ne fut jamais reconnue par aucun pays au monde, ni par les Nations unies [ ].

Dans sa lettre au Secrétaire général de l'ONU datée du 9 septembre , le 14 e dalaï-lama donne une série d'arguments démontrant la reconnaissance internationale de la souveraineté du Tibet, notamment le fait que la Mongolie et la Grande-Bretagne ont signé des traités avec le Tibet le Traité d'amitié et d'alliance entre le Gouvernement de Mongolie et le Tibet et la Convention de Simla , et que des représentants tibétains munis de passeports tibétains sont reçus par l' Inde , la France , l' Italie , le Royaume-Uni et les États-Unis [ ].

Dès le 13 e dalaï-lama engage d'importantes réformes administratives et économiques [ ]. Il décide en particulier de créer en complément des pièces de monnaie tibétaines , des billets de banque tibétains et des timbres spécifiques au Tibet.

On lui doit aussi la création du drapeau du Tibet à partir des différents drapeaux des armées des frontières. Pour autant, drapeau, passeports, timbres et monnaie sont, selon Barry Sautman , des signes superficiels de l'existence d'un État.

Drapeau du Kuomintang et palais du Potala Lhassa, En , à la Conférence de Simla , où la Grande-Bretagne, le Tibet et la Chine sont représentés, les Britanniques proposent que les régions de population tibétaine soient divisées en deux parties:. Selon Frédéric Lenoir et Laurent Deshayes , la population tibétaine conserve un souvenir dramatique des Chinois hans, qu'ils soient nationalistes ou communistes, qui ont jalonné leurs périples de scènes d'horreur, tortures et pillages [ ].

En , après la guerre sino-japonaise , les représentants du gouvernement tibétain rencontrent le gouvernement du Guomindang qui dirige aujourd'hui Taïwan et considère toujours le Tibet comme faisant partie de la Chine à Nankin [ ]. En , deux délégués du Tibet sont présents à la Conférence des relations asiatiques , le drapeau du Tibet est en face d'eux, à côté des drapeaux des autres pays participants.

En , les dirigeants tibétains essaient de faire reconnaître par l'ONU l'indépendance de leur pays: Le 3 novembre , le gouvernement tibétain envoya une lettre au secrétaire d'État américain Dean Acheson et aux gouvernements indien et britannique, leur demandant de soutenir l' adhésion du Tibet à l'ONU. Le gouvernement indien donna comme argument contre cette candidature que l'URSS utiliserait son droit de veto au Conseil de sécurité , et que cette démarche agacerait la Chine inutilement.

L'antenne du Foreign Office britannique à New Delhi était du même avis. Acheson souhaitait faire davantage pression sur l'Inde et adressa un câble à Loy W. Henderson , ambassadeur américain en Inde. En , l' Armée populaire de libération pénètre dans la région tibétaine orientale de Chamdo [ ] et rencontre peu de résistance de la part d'une armée tibétaine faible et mal équipée [ ].

Le 23 mai , des représentants du Dalaï-lama signent à Pékin l' Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet , sous la menace d'une poursuite de l'avancée de l'APL [ ]. En plus de reconnaître la souveraineté chinoise, les Tibétains sont tenus d'aider l'APL à occuper pacifiquement le Tibet.

Ils renoncent à s'occuper des affaires étrangères, de la défense des frontières et du commerce du Tibet et acceptent que l'armée tibétaine soit progressivement incorporée dans l'APL. Ils acceptent également le retour du panchen-lama au Tibet et la création d'une nouvelle entité administrative, le Comité administratif militaire, distinct du gouvernement local tibétain et soumis au gouvernement populaire central [ ].

Le texte contient également une déclaration mettant fin officiellement à la monnaie tibétaine [ ]. Il reconnaît le droit à l'autonomie régionale et le maintien du système politique et du statut du dalaï-lama, la liberté religieuse et le maintien des revenus du clergé bouddhiste [ ] , [ ].

En , le 14 e dalaï-lama, le 10 e panchen-lama et le 16 e karmapa se rendent à Pékin pour discuter de la question du Tibet avec Mao Zedong [ ]. Lors d'une entrevue avec le dalaï-lama, Mao lui donne l'assurance que l'identité tibétaine sera respectée et qu'aucune grande réforme ne sera entreprise au Tibet pendant six ans [ ]. En , à la suite de la collectivisation qui prive de leurs terres les grands monastères mais aussi des milliers de paysans [ ] , une révolte armée éclate à Litang dans le Kham contre l'administration chinoise, qui s'étend aux autres secteurs du Kham , puis en et à l' Amdo , et enfin en et à l' Ü-Tsang pour déboucher en sur l' insurrection de Lhassa: Selon des témoignages de Tibétains, dont certains sont maintenant en exil, et divers auteurs occidentaux, le Tibet, sous son acception d'aire géographique et culturelle tibétaine [ ] , a connu une famine entre et Selon le gouvernement tibétain en exil , la mortalité correspondante toucha l'ensemble des régions tibétaines Ü-Tsang , Kham et Amdo.

Selon Ngabo Ngawang Jigme , un des signataires de l' Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet , s'il y a eu des morts de la famine dans la province du Qinghai , aucune personne n'est morte de faim dans la région autonome proprement dite. En , éclata la révolution culturelle en Chine [ ]. En juin , la session extraordinaire du comité du Parti communiste de la Région autonome du Tibet décide d'étendre la Révolution culturelle au Tibet.

En novembre , les gardes rouges , principalement tibétains, issus de certaines universités de Pékin , arrivent au Tibet [ ] , [ ] , [ ]. Selon Pierre-Antoine Donnet , dès , les gardes rouges détruisirent de façon systématique, méthodique, calculée, planifiée et complète la civilisation tibétaine [ ]. Selon l'écrivain chinois Wang Lixiong , les autorités au Tibet ont souvent essayé de refréner les actions radicales, ainsi l' Armée populaire de libération a systématiquement soutenu les factions les plus conservatrices contre les rebelles.

Temples et monastères ont moins été endommagés dans les zones et villes non périphériques où les autorités étaient encore en mesure de faire plus ou moins régner l'ordre [ ]. Dans sa réponse à Wang Lixiong, l'historien tibétain Tsering Shakya fait remarquer qu'il rejette la faute sur la victime, alors que ce mouvement de masse n'épargna personne au Tibet comme en Chine [ ].

En , Deng Xiaoping invita Gyalo Thondup , frère du dalaï-lama, à Pékin et lui indiqua qu'indépendamment de l'indépendance du Tibet, toutes les autres questions pourraient être discutées et tous les problèmes résolus. Il proposa que le dalaï-lama envoie des délégations d'enquête au Tibet afin d'observer les conditions de vie des Tibétains. Les autorités chinoises pensaient que les délégations seraient impressionnées par les progrès réalisés au Tibet et par la solidarité des Tibétains avec la nation chinoise [ ].

Pendant les années , les modérés du parti communiste chinois frayent la voie à une utilisation accrue de la langue tibétaine, à la reconstruction des bâtiments religieux débouchant dans certaines régions sur un plus grand nombre de temples aujourd'hui qu'avant et à l'encouragement de la culture tibétaine [ ]. En , et , Lhassa fut secouée par des manifestations et des émeutes, la loi martiale fut imposée en et resta en vigueur jusqu'en mai Des moines, descendus des monastères voisins, viennent crier leur désir d'un Tibet libre.

La manifestation est durement réprimée, de nombreux Tibétains, religieux et laïcs, sont emprisonnés. Malgré les dispositions prises par les Chinois pour prévenir de nouvelles manifestations, nationalistes, le même scénario se répète en mars, puis en décembre En mars , une nouvelle rébellion de plusieurs jours, la plus sanglante depuis la fin de la Révolution culturelle, conduit à l'instauration de la loi martiale, qui reste en vigueur jusqu'en mai La propagande chinoise accuse le dalaï-lama et les Tibétains en exil de fomenter ces troubles.

Selon le gouvernement tibétain en exil, ces manifestations furent réprimées violemment [ ]. La violence a fait suite au tabassage des manifestants et aux tirs par armes à feu de la part de la police [ ]. Selon Amnesty International , depuis , plus de tentatives de manifestations pour l'indépendance ont été réprimées et les manifestants arrêtés expédiés dans des camps de travail.

Tous ont été condamnés à des peines allant de 3 à 20 ans de prison. Selon Barry Sautman et Shiu-hing Lo , les moines et les nonnes bouddhistes ont joué un rôle de premier plan dans les manifestations pro-indépendantistes [ ]. D'après He Baogang et Barry Sautman, lors des manifestations de la fin des années et du début des années , si la police a tué des douzaines de personnes et en a arrêté un millier, les manifestants ont tué plusieurs agents de police, se sont livrés à des lynchages et ont allumé des incendies visant des civils Han [ ].

En mars , il y eut des troubles sociaux au Tibet , réprimés par les autorités chinoises et menant à l'imposition de la loi martiale.

En , une estimation de plus de personnes tuées par les forces de sécurité avait été donnée par Tang Daxian , un journaliste chinois dissident réfugié en Occident, qui affirma aussi que la police de Lhassa avait reçu l'ordre de Pékin de provoquer un incident [ ]. Le gouvernement chinois pour sa part avait fait état d'une douzaine de morts les 5 et 6 mars [ ].

Les autorités chinoises ont installé des caméras de surveillance à Lhassa pour contrôler les manifestations éventuelles [ ]. De nombreuses associations internationales dénoncent une répression de la religion au Tibet, comme l'illustrent par exemple la mise en résidence surveillée de Gedhun Choekyi Nyima , en , juste après sa reconnaissance comme 11 e panchen-lama par le 14 e dalaï-lama , ou la destruction en de l'institut bouddhiste de Serthar fondé par Khenpo Jigme Phuntsok , également mis en résidence surveillée et disparu dans des circonstances douteuses, ou encore la condamnation à une peine de prison à vie de Tenzin Delek Rimpoché en En mars , des manifestations de moines contre le pouvoir chinois à Lhassa dégénèrent en violentes émeutes dirigées contre les habitants non tibétains et leurs biens.

Elles surviennent quelques mois avant les Jeux olympiques d'été de D'autres manifestations ont également lieu en dehors de la capitale, en particulier dans la région tibétaine de l' Amdo , autour du monastère de Labrang dans la province du Gansu.

Selon les autorités de la Région autonome du Tibet, le bilan est de 19 morts, victimes des émeutiers, et d'un millier de commerces et bâtiments publics détruits. Selon le Gouvernement tibétain en exil, au moins Tibétains seraient morts, victimes de la répression. Des manifestations de soutien aux partisans d'un Tibet indépendant ont eu lieu lors des étapes de Londres et de Paris du relais de la flamme olympique La plupart de ces immolations se sont produites dans la province du Sichuan qui comprend environ 1,5 million de Tibétains.

Deux préfectures autonomes tibétaines sont principalement concernées: Un cas s'est produit à Chamdo , dans la région autonome du Tibet [ ] , [ ] , et un autre cas dans la préfecture autonome tibétaine de Golog dans la province du Qinghai. Selon Tsering Woeser , le monastère de Kirti est menacé de disparition. Les moines qui refusent de s'y soumettre disparaissent [ ]. Alors que plusieurs Tibétains se sont immolés au Tibet depuis mars , la police chinoise a ouvert le feu en janvier lors de manifestations en faveur de l'indépendance dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê faisant au moins trois morts [ ].

Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, le 23 janvier , des dizaines de casseurs, dont quelques moines, prirent d'assaut et détruisirent des magasins et un commissariat de police dans le district de Luhuo de la préfecture autonome tibétaine de Garzê du Sichuan. Le groupe, dont certains étaient armés de couteaux, jeta des pierres sur des policiers et détruisit deux véhicules de police et deux ambulances.

Un membre du groupe fut tué et quatre autres blessés dans l'affrontement, cinq policiers furent blessés [ ].

Le 24 janvier, des émeutes encore plus violentes secouèrent Serta, un autre comté de la région. Des émeutiers jetèrent des pierres et des cocktails molotov et firent feu, blessant 14 agents de la force publique avant d'être dispersés. Un émeutier fut tué et 13 autres arrêtés. À Serta, comme à Luhuo, dans le but d'intimider les habitants qui observent les traditions Han, des émeutiers s'en prirent aux maisons qui arboraient décorations et lanternes de la fête du Printemps [ ].

L'ethnie tibétaine est historiquement la principale composante de la population du Tibet. Goldstein , le Tibet est resté durant plus d'un millénaire, en dépit des guerres et des conquêtes, des famines et des catastrophes naturelles, la patrie exclusive d'un seul peuple For well over a thousand years of recorded history, through wars and conquest, famines and natural disasters, Tibet remained the exclusive home of a people [ ].

Les groupes ethniques monba , lhoba , mongol et hui Chinois musulmans y sont également présents. Selon la tradition, les premiers ancêtres du peuple tibétain, représentés par les six bandes rouges du drapeau tibétain , sont les Se, les Mu, les Dong, les Tong, les Dru et les Ra. L'explorateur et anthropologue russe Tsybikoff , dans un article publié en , soutient que le chiffre de la population dans le Tibet central n'excède pas le million.

Il fait valoir le fait que les vallées étroites entre des montagnes ne sont pas favorables à l'agriculture et ne sauraient faire vivre beaucoup d'habitants. La République populaire de Chine ne se considère pas comme une puissance occupante et dément avec force les allégations de submersion démographique.

Selon elle, cette idée a été forgée par des impérialistes étrangers dans le cadre d'un complot destiné à diviser la Chine. Elle rapproche cette idée du fait que l' Empire japonais avait créé un Manzhouguo en Mandchourie pendant la Seconde Guerre mondiale et que la Mongolie aurait gagné son indépendance - décrétée cependant en - grâce au soutien de l' Union soviétique sur laquelle elle s'est alignée par la suite, ce qui constituerait pour la Chine un précédent qui a marqué les esprits.

Elle s'appuie sur le fait que les territoires de population tibétaine qui n'appartiennent pas à la région autonome n'étaient pas contrôlés par le gouvernement tibétain en , mais auraient été administrés depuis des siècles par les provinces avoisinantes [ ]. Dans la région autonome elle-même, la plus grande partie des Hans se trouvent à Lhassa. Les autorités chinoises affirment qu'elles respectent la différence culturelle tibétaine par exemple en assouplissant pour les minorités le contrôle démographique sévère imposé aux Hans.

Les politiques de contrôle démographique telles que la politique de l'enfant unique s'appliquent uniquement aux Hans , et non aux minorités comme les Tibétains [ ]. Selon lui, ces chiffres constituent la preuve que la population tibétaine a doublé depuis , et que les allégations des Tibétains en exil sont mensongères [ ] , [ ].

Selon une lettre présentée comme venant du Tibet et datant de par le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie , une ONG basée à Dharamsala , de nombreux Hans , l' ethnie majoritaire de la Chine, viennent s'installer au Tibet, alors qu'en même temps, les Tibétains trouvent difficilement du travail [ ]. Selon le Livre blanc publié par le gouvernement de la République populaire de Chine, la modernisation et le développement du Tibet expliquent l'arrivée d'ouvriers Han [ ] et des spécialistes occidentaux [ ].

Depuis l'instauration de l'économie de marché en , selon Xinhua , tout habitant de la République populaire de Chine a le droit de se déplacer librement dans le pays et de travailler à l'endroit de son choix [ ].

Selon Robert Marquand , le Tibet étant considéré par les Chinois comme faisant partie de leur pays depuis des milliers d'années, ces derniers estiment avoir le droit de s'y établir [ ]. Le tableau ci-dessous [ ] donne les chiffres de population, selon le recensement mené dans toute la Chine en , pour toutes les entités autonomes tibétaines ainsi que pour les juridictions de Xining et de Haidong.

La présence de ces deux dernières juridictions dans le tableau permet de présenter l'ensemble des chiffres de la province du Qinghai, et correspond également à la vision du gouvernement tibétain en exil qui revendique ces juridictions comme partie intégrante du Tibet historique.

Les chiffres présentés ne tiennent pas compte des membres de l' Armée populaire de libération en service actif, ni les travailleurs migrants non enregistrés [ ]. Le nombre de résidents par famille a légèrement diminué depuis Selon une enquête réalisée par l'institut des études tibétaines contemporaines sous l'égide du centre de recherche tibétologique de Chine , nombre de Tibétains ont quitté le Tibet pour d'autres régions à la recherche de nouveaux débouchés.

Beaucoup d'entre eux se sont installés dans les grandes villes comme Beijing , Shanghaï , Guangzhou et Chengdu. Ce phénomène est largement passé sous silence par les critiques qui accusent le gouvernement chinois de ne rien faire pour empêcher l'ethnie Han de submerger le Tibet. L'enquête s'est focalisée sur le nombre, la répartition, les métiers et les conditions de vie des Tibétains qui sont installés à Chengdu et dans la ville voisine de Dujiangyan, ainsi que dans les comtés de Shuangliu et de Pixian, qui tous deux sont majoritairement Han.

Il ressort de l'enquête que Chengdu vient désormais en 3 e position pour le nombre de Tibétains après les préfectures tibétaines de Garzê et de Ngaba [ ]. Entre les années et , de nombreux prisonniers plus d'un million, selon Harry Wu , le directeur de la Laogai Research Foundation , une fondation américaine financée par la National Endowment for Democracy [ ] ont été envoyés dans des camps de travail laogai de la province tibétaine de l' Amdo Qinghai.

Leur nombre réel reste cependant contesté. Le gouvernement tibétain en exil donne le chiffre de 7,5 millions de non-Tibétains dans le Tibet historique, pour 6 millions de Tibétains. Selon lui, c'est la conséquence d'une politique active de submersion démographique du peuple tibétain qui réduit les chances d'indépendance politique du Tibet, en violation de la Convention de Genève de qui interdit aux puissances occupantes l'installation de colons dans les territoires qu'elles contrôlent [ ].

Le gouvernement tibétain en exil conteste les statistiques fournies par le gouvernement chinois au motif qu'elles ne tiennent compte ni des membres de l' Armée populaire de libération en garnison au Tibet, ni de l'importante population flottante de migrants non enregistrés [ ] , [ ]. La ligne ferroviaire Qing-Zang reliant Xining à Lhasa est également un sujet majeur de préoccupation, dans la mesure où elle facilite l'afflux de nouveaux immigrants.

Le gouvernement tibétain en exil cite un article du Quotidien du Peuple publié en pour affirmer que la population tibétaine a diminué de façon significative depuis Au cours de la même période, la population chinoise a doublé, et la population mondiale a triplé [ ].

Cette analyse fournit un argument supplémentaire concernant l'estimation du nombre de morts tibétains durant la période allant de à Elle suggère l'existence d'un déficit démographique de la population tibétaine dont les causes et l'évolution temporelle restent à préciser.

Ces chiffres étant plus de deux fois supérieurs à ceux de et d'origine chinoise , respectivement 2,77 et 2,50 millions de tibétains [ ] , il est possible qu'ils incluent des habitants non tibétains.

De son côté, le Kashag évaluait en la population tibétaine à un peu moins de 3 millions, mais rien n'indique que ce chiffre corresponde à la population totale, et pas uniquement à celle du Tibet central alors menacé par l'avancée chinoise [ ]. Selon l' Administration centrale tibétaine , plus d'un million deux cent mille Tibétains seraient morts directement ou indirectement du fait de l'occupation du Tibet par la République populaire de Chine entre et [ ] , [ ] , [ ].

Le nombre de morts tibétains semble aussi élevé dans les régions du Gansu , du Sichuan et du Qinghai , trois régions où les taux de mortalité au début des années sont élevés et vérifiables. Par contre des statistiques existent pour les 3 autres provinces chinoises partiellement tibétaines. Ce chiffre est estimé d'après un calcul de Warren W. Ayant été autorisé à consulter les données brutes et à vérifier leur traitement, il constata que celles-ci, obtenues à partir du témoignage de réfugiés, ne permettaient pas d'obtenir le chiffre total annoncé.

Le livre de French a été critiqué par Jamyang Norbu [ ] , un écrivain tibétain en exil considéré comme la voix persistante de l' indépendance du Tibet [ ]. Le chiffre de 1,2 million de morts est récusé par le démographe chinois Yan Hao qui affirme que les chiffres sont exagérés et que les évaluations données par le gouvernement tibétain en exil reposent en partie sur des sources fabriquées [ ]. Toutefois l'analyse présente un oubli.

Or la guérilla Kampa a perduré pendant de nombreux mois, Yan Hao n'évoque pas celle-ci [ ]. La thèse du génocide physique est rejetée également par l'universitaire Barry Sautman , qui met en avant l'absence de données vérifiables: Ils avancent le chiffre de 1,2 million de Tibétains morts à partir des années jusqu'aux années , mais sans donner aucune source. L'économie du Tibet est peu développée.

Les principales activités sont l'élevage du mouton , de la chèvre et du yack , la culture des céréales dans les vallées du Sud et du Sud-Est et l'exploitation du bois dans le Sud. Le tourisme , bien qu'encore encadré, représente une part importante de l'économie. L'industrie a commencé à apparaître à la fin des années avec l'ouverture de plusieurs usines à Lhassa.

Vers , l'économie tournait autour du tourisme et de la transformation des produits agricoles. En , la R. Entre janvier et juillet , plus de 2,7 millions de touristes ont visité la région, soit trois fois plus que durant la même période de , a indiqué le Quotidien du Tibet [ ] , pour un revenu de 2,29 milliards de yuans [ ]. Alors que plusieurs Tibétains se sont immolés la Chine a décidé de fermer la région autonome aux touristes étrangers en mai [ ]. Cependant, les touristes en région autonome étant principalement chinois, la mesure n'aura pas de grandes répercussions sur l'industrie touristique [ ].

Pour l'année , à la date du 30 novembre, la région autonome du Tibet avait reçu 10,34 millions de visiteurs venant d'autres régions de Chine ou de l'étranger, contre 8,69 millions en Selon Jim Underwood , qui a travaillé dans le secteur de la construction rurale au Tibet, le tourisme dans la région peut être perçu comme une influence positive pour la pérennité de l'architecture traditionnelle dans la mesure où les touristes viennent pour découvrir cette architecture.

Les divers corps de métier ne peuvent que profiter de la réhabilitation des bâtiments anciens [ ]. Le 1 er juillet , le président Hu Jintao inaugure le premier train pour Lhassa à la gare de Golmud , dans la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi de la province du Qinghai.

Cette nouvelle ligne ferroviaire relie désormais le Tibet au reste de la Chine, mettant Pékin à deux jours de train [ ]. Elle devrait, à ce que dit le gouvernement chinois, favoriser l'intégration économique, le développement économique et touristique de la région autonome du Tibet, mais, d'après les anciens prisonniers tibétains du Gu-Chu-Sum cités par le journaliste Bruno Philip, accélérer la sinisation du Tibet [ ].

Pour le gouvernement régional, le chemin de fer va réduire de plus de la moitié le coût d'acheminement des marchandises dans la région.

Deux trains de marchandises quotidiens doivent apporter à Lhassa pour 7,5 millions de tonnes de fret chaque année. Le président de la région autonome, Champa Phuntsok, a déclaré que de nouveaux tronçons étaient à l'étude entre Lhassa et les autres villes de la région, y compris aux frontières [ ]. Elle rappelle l'ouverture qu'elle va donner au plateau du Tibet, cette région enclavée, sur le reste du monde, et ses bienfaits pour la population apports de ressources vitales , comme pour le reste du monde découverte de la culture et de l'accueil tibétains [ ].

Les exilés tibétains craignent que cette ligne ne favorise une migration en provenance du reste de la Chine notamment de l'ethnie han majoritaire et qu'elle n'amène les Tibétains à devenir minoritaires dans leur région.

Ils craignent également que le gouvernement chinois n'utilise la ligne pour renforcer sa présence militaire au Tibet, et qu'il n'augmente l'exploitation des ressources naturelles avec tous les risques que cela représente pour l'environnement fragile du Tibet [ ]. Mais, fin janvier , il affirma que Pékin utilisait la nouvelle liaison ferroviaire pour inonder le Tibet de mendiants, de prostituées et de sans-emploi, mettant en danger la survie de la culture et des traditions tibétaines [ ] , [ ].

Depuis , la ligne Qinghai-Tibet Qing-Zang a pour extension la ligne ferroviaire Lhassa-Shigatsé reliant Lhassa, la capitale de la région autonome, à Shigatsé, la deuxième plus grande ville de la région.

Commencée le 26 septembre , elle est entrée officiellement en service le 15 août Longue de kilomètres, cette extension traverse cinq comtés. Le premier aéroport à être construit au Tibet fut celui de Damxung en En , la région autonome compte cinq aéroports civils: Le transporteur Tibet Airlines , sis à Lhassa, est en train de créer un réseau régional couvrant l'ensemble des aéroports civils de la région autonome [ ]. La région possédait cinq nationales, quatorze régionales et six qui s'entrecroisent.

Ouverte en juillet , cette autoroute relie Lhassa à l'aéroport de Gonggar dans la préfecture de Shannan. Elle a 4 voies et un éclairage d'origine solaire [ ]. Selon le linguiste et philosophe américain Noam Chomsky , le Tibet a été reconnu internationalement comme étant une région de la Chine. Ce statut a été accepté par l'Inde ainsi que par la Chine communiste et la Chine nationaliste et n'a jamais été remis en question officiellement par les États-Unis [ ].

Selon le Ministère des affaires étrangères du Gouvernement Jean-Pierre Raffarin , en accueillant la République populaire de Chine en son sein en , l'ONU n'a pas contesté la souveraineté de Pékin sur le Tibet, souveraineté qui est admise par tous les États ayant noué des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine depuis [ ] , [ ]. Selon elle, un référendum sur le futur statut de la région contribuera à résoudre le conflit politique au Tibet [ ].

L'ONU a défini en les limites et les conditions de l'application du droit à l'autodétermination nationale mais ne les jugea pas pertinentes lors de ses appels au respect du droit du peuple tibétain à l'autodétermination. La dynastie Ming - hérite de la dynastie Yuan le pouvoir d'administration du Tibet [ ]. En , l'empereur Kangxi de la dernière dynastie Qing institue le Yonghegong de Pékin comme temple tibétain. L'empereur Qianlong fait construire un palais tibétain au Palais d'été de Pékin et des monastères tibétains à Chengde , dont en le Putuo Zongcheng qui est une réduction du Palais du Potala de Lhassa.

La dynastie Qing - affirme également sa souveraineté sur le pays, en laissant à Lhassa deux ministres Amban et une petite garnison [ ]. En , les missionnaires français Évariste Huc et Joseph Gabet sont expulsés du Tibet sur ordre de l'Amban [ ]. La chute de la dynastie Qing en va cependant bouleverser la donne: En , la République de Chine ne manifeste aucune considération pour la proclamation de l'indépendance du Tibet par le 13 e dalaï-lama et ne réagit pas.

Elle récuse la Convention de Simla de qui divise la région peuplée par les Tibétains en un Tibet externe autonome administré par le gouvernement du Tibet et un Tibet interne où seule l'autorité spirituelle du dalaï-lama serait reconnue, les deux étant sous suzeraineté chinoise et l'appartenance du Tibet à la Chine est également reconnue [ ].

Dans la relation internationale, le Tibet reste une province chinoise [ ] , [ ]. Les autorités chinoises affirment que la liberté religieuse est de nouveau assurée depuis [ ]. Le Tibet est la seule région de la Chine qui bénéficie des soins gratuits [ ] et d'une éducation primaire gratuite avec le logement et la nourriture gratuits, cette éducation est bilingue [ ] , [ ]. Pour Robert Barnett, les affirmations selon lesquelles l'éducation est gratuite se sont avérées inexactes.

En effet, des droits d'inscription et des frais scolaires de plus en plus élevés ont été instaurés par les gouvernements locaux dans l'ensemble du Tibet, comme en Chine [ ]. Le développement économique du Tibet mené depuis des dizaines d'années par la Chine a permis de désenclaver le pays, notamment grâce à la construction de routes, de voies ferrées et d'aéroports [ ] , qui favorisent le développement du tourisme [ ] , de l'industrie et du commerce dans la région autonome du Tibet.

Le Tibet a bénéficié de la création d'infrastructures modernes et d'une amélioration des services de santé. Selon les chiffres officiels chinois, la population a presque triplé entre et [ ]. La Chine considère le Tibet comme une région stratégique pour sa sécurité [ ]. D'autres, y voient une position potentiellement plus offensive. Le gouvernement tibétain en exil considère la présence chinoise comme une occupation étrangère ayant débuté lors de ce qu'il appelle l' invasion de par l'armée populaire de libération.

Depuis , le 14 e dalaï-lama ne demande plus l' indépendance , mais une autonomie réelle pour l'ensemble des régions de population tibétaine [ ]. L' assemblée générale de l'ONU a adopté 3 résolutions [ ] , [ ] condamnant les violations des droits fondamentaux et des libertés du peuple tibétain, les coups portés à sa culture et sa religion, ceci en résolution XIV [ ] et en résolution XVI [ ].

Dans cette 2 e résolution, le droit à l' autodétermination du peuple tibétain est mentionné explicitement. Enfin, la dernière résolution en date, celle de résolution XX [ ] , fait référence aux précédentes dont elle reprend les thèmes mais sans mention explicite à l'autodétermination.

La Chine n'est pas désignée explicitement dans ces Résolutions. Ces résolutions votées par l'Assemblée générale sont de simples recommandations, elles ne sont pas juridiquement contraignantes. De plus, comme elles ont été adoptées alors que la République populaire de Chine ne faisait pas partie de l'ONU, ce pays n'a pas pu participer aux débats et de ce fait ne reconnaît pas ces résolutions [ ].

Depuis , celles-ci n'ont jamais été reconduites, et lors de l'admission de la Chine à l'ONU, en , il n'en a pas été tenu compte. Selon le Ministère des affaires étrangères de la France, en accueillant la République populaire de Chine en son sein en , l'ONU n'a pas contesté la souveraineté de Pékin sur le Tibet, souveraineté qui est admise par tous les États ayant noué des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine depuis [ ].

Même si les résolutions de l'ONU ne changèrent rien dans les faits, la Chine prit conscience qu'elle devait s'occuper de cette question [ ]. Selon le gouvernement tibétain en exil , la prostitution en tant qu'industrie était pratiquement inexistante avant l'occupation chinoise du Tibet [ ].

Le juriste tibétain Lobsang Sangay reconnaît l'existence de la prostitution avant l'arrivée des Chinois, mais il affirme que le phénomène était minime par rapport à son extension actuelle [ ]. Selon l'écrivain britannique Christopher Hale , du fait de la pratique de la polyandrie, beaucoup de femmes ne trouvaient pas de mari et gagnaient villages et villes, où elles tombaient dans la prostitution.

Bentor , depuis les années , la prostitution en République populaire de Chine , bien qu'officiellement illégale, se développe à nouveau [ ].

Selon le sociologue et historien des religions Frédéric Lenoir , les quartiers commerçants traditionnels de Lhassa , le chef-lieu de la région autonome du Tibet , laissent place aux bars, karaokés , salles de jeux et maisons closes.

Ainsi, Lhassa compterait plus de maisons closes en [ ]. Ces établissements sont situés dans l'île de Jamalinka ou dans le quartier du Shol , à proximité du Palais du Potala.

Lhassa, comme bien d'autres villes de par le monde, abonde de lieux où sévissent prostitution, jeu et drogue. Le billard est une invention occidentale, le karaoké est originaire du Japon, et la prostitution et la drogue sont universelles. Interrogé à propos des discothèques et boîtes de nuit de Lhassa, le vice-président de la région autonome du Tibet les qualifie de partie intégrante du "mode de vie occidental", ajoutant qu'elles contribuent à la diversité des cultures tibétaine et han telles qu'elles s'expriment localement, mais que les autorités ne manquent pas de dénoncer jeu et prostitution et de lancer des raids pour débarrasser la R.

On jetait les détritus dans la rue, on laissait pourrir les charognes dans les lieux publics mais surtout, comme il n'y avait pas de toilettes dans les maisons, les habitants se soulageaient à l'extérieur. La puanteur était telle que les nobles portaient un mouchoir à leurs narines lorsqu'ils sortaient de chez eux [ ]. Robert Barnett indique qu'il existait des toilettes traditionnelles à double évacuation.

L'une fonctionnait pendant 6 mois pendant que l'autre était bouchée, ainsi les excréments pouvaient se décomposer. Puis la fosse était vidée et son contenu servait d'engrais dans les champs. Ce dispositif a été utilisé au Tibet pendant des générations. En un projet de construction d'égout a échoué, alors que l'ancien dispositif avait été démoli [ ]. Le moine et intellectuel tibétain Gendün Chöphel avait émis l'idée que l'on construise des toilettes publiques partout et que l'on oblige les familles riches à dépenser la même somme pour construire des toilettes publiques sur leurs domaines que ce qu'ils dépensaient pour leur propre maison [ ].

Le gouvernement tibétain chargea Heinrich Harrer et Peter Aufschnaiter de créer un réseau d'égouts [ ]. Ford , pour sa part, dit des Khampas qu'ils ne prenaient jamais de bain et qu'ils se lavaient rarement le corps. Il note que, pour eux, se soulager en public était aussi naturel que de se moucher le nez, ajoutant que la robe tibétaine avait toutefois l'avantage de tout cacher [ ].

Toutefois, en raison du manque d'hygiène, le taux de mortalité des enfants est énorme. La première usine de traitement des eaux usées a été construite à Lhassa en Avant , les eaux usées de la ville étaient rejetées sans traitement dans les rivières [ 72 ]. Des documents historiques font état de plusieurs épidémies ayant frappé la ville de Lhassa dans les années Séjournant au Tibet central dans les années , l'Autrichien Heinrich Harrer se prend à rêver de l'amélioration de la situation médicale et sanitaire du pays [ ].

Il place la durée moyenne de vie à trente ans seulement chez les Tibétains en raison d'une mortalité infantile élevée [ ]. Les maladies vénériennes sont très courantes, nous apprend-il, et soignées trop tard [ ]. L'opérateur radio britannique, Robert W. Ford , qui séjourna également au Tibet à la même époque, rapporte que les maladies vénériennes syphilis et gonorrhée étaient monnaie courante dans tout le Tibet, en particulier dans le Kham. Des adultes, voire des bébés, venaient le consulter dans l'espoir d'un traitement mais il était contraint de les éconduire.

Les Khampas ignoraient comment ces maladies se transmettaient, ayant été amenés à croire que toute maladie était causée par des esprits malins. Leur parler de transmission par des microbes était impossible [ ].

Les marchands tibétains, pour leur part, allaient se faire soigner en Inde chaque trimestre, lorsqu'ils allaient y acheter des denrées alimentaires [ ]. Dans son étude historique Lhasa, the Open City: A Journey to Tibet , l'écrivain Han Suyin , en tant que médecin, rappelle plusieurs préjugés ayant cours dans l'ancien Tibet, comme l'autodafé des mères qui accouchaient de jumeaux, triplés, quadruplés, etc.

Également l'obligation faite aux Tibétaines d'accoucher dans l'étable et d'y rester pendant la prétendue période de purification, pratique qui se soldait souvent par l'infection et la mort de la parturiente [ ]. Le 27 octobre , il a été condamné à la prison à vie par la cour populaire intermédiaire de Lhassa [ ]. Une de ses mains est cassée et son crâne rasé.

Ses blessures proviennent vraisemblablement de coups reçus en prison [ ]. La médecine tibétaine traditionnelle est une des plus anciennes médecines au monde. Elle utilise jusqu'à deux mille types de plantes et cinquante minéraux. Cet ouvrage fut ensuite modifié et complété par les générations suivantes, et notamment par le 13 e descendant de Yutok Yonten Gonpo, Yuthok Sarma Yonten Gonpo , qui y ajouta 18 ouvrages médicaux.

Un de ses livres comporte des tableaux dépeignant la remise à l'état initial d'un os cassé ou des images anatomiques d'organes internes. En le 13 e dalaï-lama , fonda l' Institut de médecine et d'astrologie tibétaine Men-Tsee-Khang [ ] et en nomma directeur Khyenrab Norbu directeur du Collège médical de Chakpori , et du Men-Tsee-Khang [ ].

Créé en , l'Institut de médecine tibétaine de Lhassa a un service de consultation externe et un service d'hospitalisation, un centre d'enseignement d'astrologie médicale, un atelier de préparations médicales, un musée abritant des tankas médicales [ ]. En , un Institut de recherche sur la médecine tibétaine a été établi dans la région autonome du Tibet. Il est chargé de mener à bien 17 projets de recherche.

Fin , il y avait 14 instituts de médecine tibétaine ainsi que plus de 60 départements de médecine tibétaine dans les hôpitaux des comtés. L'administration d'État de la médecine tibétaine a publié un Nouvel Abrégé de médecine tibétaine et un Dictionnaire de la médecine tibétaine [ ].

Selon l'anthropologue et ethnologue russe G. Tsybikoff , quand les Tibétains sont malades ils préfèrent prendre des grains d'orge bénis par des lamas ou des devins ou faire dire des prières de guérison plutôt que de recourir à la médecine. Les médicaments sont importés d'Inde [ ]. Rester en bonne santé ou guérir continue de relever autant, sinon davantage, de la religion organisée ou populaire: La médecine tibétaine bouddhique, sa philosophie, son histoire, sa cosmologie, ses traitements, son éthique et sa tradition psychiatrique a fait l'objet d'une étude menée par Terry Clifford, et dont les résultats sont publiés sous la forme d'un livre.

Cependant, ce système thérapeutique ancien risque de disparaitre, et lutte pour sa survie en exil. Le communisme chinois a supplanté le bouddhisme tibétain, et si les Chinois ont conservé au Tibet contemporain une partie importante de la tradition médicale tibétaine, ils en ont retiré les aspects religieux et spirituels qui font cependant partie intégrante du système médical tibétain, voire en sont la source et le fondement [ ].

Un hôpital britannique a été fondé dans la ville de Gyantsé en Durant les décennies suivantes, les officiers du service médical indien offrirent des traitements aux Tibétains de Gyantsé. Plus de 20 membres du service médical indien travaillèrent au Tibet entre et , à l'époque où s'y trouvaient des diplomates de l'Inde britannique, dont l'Écossais James Guthrie qui gagna la bonne volonté des Tibétains et permit l'avancée de la médecine au Tibet.

Il fut en poste à Gyantsé entre et Après la Seconde Guerre mondiale , il fut medecin à la mission britannique à Lhassa où il resta jusqu'en avec sa femme, infirmière [ ]. Les seuls médecins qualifiés pour une population de trois millions et demi sont les docteurs de la Légation britannique. Ils critiquent même les dignitaires du gouvernement lorsque ceux-ci font venir le médecin anglais [ ].

Durant son séjour, il arrivait à Harrer d'être pris de peur panique à l'idée d'avoir une appendicite dans un pays où la chirurgie était inexistante en dehors du percement des bubons et où la stérilisation des instruments de chirurgie était inconnue [ ]. Il attribue cette situation à l'opposition des écoles de médecine au changement. Les dentistes et leurs fraise électrique sont également inconnus à Lhassa [ ]. Selon une étude effectuée en et dans onze comtés de la région autonome du Tibet, la malnutrition y affectait plus de la moitié des enfants âgés de 7 ans ou moins [ ].

La cause majeure désignée était la pauvreté [ ] , [ ]. L'étude du D r Nancy S. Harris publiée en montre que les enfants souffrant d'un retard de croissance dans la région autonome du Tibet présentent des signes cliniques de malnutrition , ainsi qu'une mortalité et une morbidité élevées [ ]. De nos jours, la bile d'ours de la médecine chinoise et d'autres médicaments issus d'animaux sont produits au Tibet [ ]. La religion, en particulier le bouddhisme tibétain , a fortement influencé le développement historique et culturel du Tibet [ ].

Interdite durant la Révolution culturelle [ ] , la pratique religieuse est à nouveau autorisée, notamment après la tournée d'inspection de Hu Yaobang dans la région autonome du Tibet en [ ]. En , Gyalbo, le vice-président de la Région autonome du Tibet et membre du Parti communiste chinois indique:

Le matchmaking d’EliteRencontre

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.