Imperial Cleaning

Comment en finir avec la dépendance affective et émotionnelle

Je sors d une relation de 2 mois et demi avec un homme. Merci à ceux qui auront pris le temps de me lire, je vous souhaite un très bel après-midi.

Menu de navigation

Ces pléonasmes à bannir de vos lettres de motivation

Pour vivre autre chose!!!!! Deuxième abandon de ma vie. Impossible de nous voir réuni. Burn-out , je suis mal, aucun soutien du PN nous avons 50 ans. Attitude mortifère et flagellation morale de ma part. Bonjour Geneviève, Merci pour votre site très complet. Je suis en train de prendre conscience que mon fiancé est certainement un PN. Je suis en train de réfléchir aux modalités de notre rupture.

Sert-il à quelque chose de lui expliquer à lui ce qui se passe chez lui ou est-ce vain? Ne dites rien, ne lui expliquez rien!! Ne perdez pas votre énergie à tenter de faire comprendre ce que vous vivez, cela se retournera contre vous. Gardez vos forces pour faire face à ses réactions: Chère Geneviève, je suis éblouie par votre analyse, vous trouvez les mots justes, le diagnostic est parfait, simple, clair, précis… Vous donnez toutes les réponses, avant vous, je tournais en rond..

Peut-on parler de la mauvaise rencontre par complémentarité lorsque les bourreaux jettent leur dévolu sur leurs propres enfants? Comment expliquer que certaines personnes qui fréquentent les mêmes individus sont plus ou moins atteints par leur comportement? Mon dieu que vous faites bien de ne pas tomber dans le panneau que nous tends notre propre dépendance!!!!

Ni même à une relation du type victime bourreau sauveur. Bonjour Je ne sais si je poste au bon endroit Je lis dans la presse ce jour le procès d un gourou manipulateur et violeur et notamment de sa complice qui pour sa défense invoque d avoir été également sous emprise donc qui n avait plus son libre arbitre Les psychiatre indiquent qu elle présente des composantes névrotiques qui ont entraîné sa soumission et son dévouement fanatique a son gourou Donc je m interroge On évoque doivent les déviances perverses des PN On évoque aussi souvent des relations qui ont duré plusieurs décennies entre u.

PN et sa complice victime qui lors de la prise de conscience s aperçoit de la perversité sexuelle du PN Mais lors des premières années lorsque le PN était vu comme un ange comme l homme idéal cette sexualité déviante était acceptée Donc la fusion émotionnelle psychique n admettait elle pas egalement ou ne recherchait elle pas également même inconsciemment une sexualité fusionnelle hors norme névrotique qui positionnait la complice victime comme l élue du seigneur différent des hommes normaux ressentis comme tièdes et sans saveur particulière Une volonté névrotique d une recherche d échapper a une vie plus ordinaire qui est pourtant la seule vie magnifique et extrêmement riche et glorieuse Je ne veux surtout pas blesser celles et ceux qui souffrent Je souhaite aborder une facette des complices victimes qui n est jamais abordée alors su on évoque celle du PN.

Bonjour, Le mieux serait quand même que nous puissions aborder le problème avec attention et trouver ensemble des stratégies pour vous en sortir au mieux. Suite à mon précédent commentaire Il faut lire 2 mois et non 2 jours!! Et bien non ils sont pervers et ne plus jouer leur jeu de fou qui me rendait dingue m a libérée totalement d eux pauvres enveloppes vides Et surtout j ai trouve en moi pas retrouvé mais bien trouve la confiance et l estime de soi qui ne demandaient qu a jaillir et a s exprimer Le temps perdu?

C est comme ça Il faut faire avec Vive la vie. Merci Geneviève pour ce texte!! Difficile en tant que victime de se rendre compte de tout cela…. Très utile aux proches de victimes pour continuer à les soutenir… Quelle belle conclusion sur la joie de vivre… ce qui reste une force sacrée!!

A ce moment là, il est tellement plus facile de retransmettre! Cela rejoint un peu le témoignage de Jacky juste avant le tien et qui parle de double addiction …. Cet article est très bien structuré, facile à lire et donc utilisable. Il y a une addiction réciproque , parfois inversion des rôles: Vous parlez de double addiction et je partage cet avis!

Plutot à une autre la pauvre!! On revit à nouveau après.. Sans nous ils ne sont rien! Un immense merci Alex pour votre témoignage de reconnaissance! Merci pour ce partage. Grâce à toi je reprends confiance et me dis que le temps est et sera mon meilleur allié. Je remercie également Geneviève pour son article. Cet article permet de comprendre pourquoi il peut y avoir plusieurs étapes dans la re conquête de soi après une relation avec un PN. Merci Geneviève pour cette lecture sans concession de la problématique de la victime, complice même si innocente de la relation au PN.

Merci Anne pour ce témoignage personnel. Cet article nous explique bien les mécanismes du PN et de la victime. Le PN à toujours ou quasi le même cheminement envers sa victime. La prise de conscience se produit généralement grâce au monde extérieur: Le temps, le courage, la force de caractère sont indispensables pour tenir le coup.

Il faut aussi se faire entourer de personnes bienveillantes et qui osent nous dire la vérité en face. Ton enseignement est riche de toute ton expérience et je suis honorée que tu le partages avec moi et donc, par mon intermédiaire avec les autres! Encore merci pour ton grand sourire qui, nous le savons bien, éblouit parfois pour mieux cacher ta souffrance… Geneviève. Cet article captivant reflète à la perfection, dans un langage clair et accessible à tous, le cheminement de reconstruction de la victime.

Nous sommes tous potentiellement susceptibles de tomber dans leurs griffes! Vous avez exprimé là un point très important à mes yeux: Quand nous sommes confrontés aux manipulateurs pervers narcissiques.

Manipulateurs comme manipulés, prédateurs comme proies sont malades. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Save my name, email, and site URL in my browser for next time I post a comment. Ces espaces commentaires sont libres d'accès. Tout le monde peut lire ou poser ses réflexions à condition toute fois qu'il n'y ai pas de propos injurieux ou poussant à la polémique. Soyez donc vigilants à ne poser aucun nom, téléphone, site personnel ou lieux qui puissent vous faire reconnaître ou faire reconnaître une autre personne.

La toile est un lieu public, à vous de choisir dans quelle tenue vous souhaitez vous y balader Aucun propos pouvant provoquer une polémique et aucun propos vulgaires ou agressifs ne seront validés! Effectuez dès maintenant votre règlement pour valider votre rendez-vous. Soutien Psy en Ligne Follow. A regarder en plein écran. Cela me lasse toujours sans voix.

Je suis surprise par le calme de tous ces gens et par le fait que ni la police, ni les pompiers, ne portent de masques Protection de vos données Sélectionner un type de demande:. Votre adresse de messagerie obligatoire. Home Articles Addiction et dépendance affective. Addiction et dépendance affective 28 décembre 29 juillet Articles , Manipulateur pervers narcissique.

Échec répété de contrôler ce comportement Poursuite de ce comportement malgré ses conséquences négatives. Un traumatisme désorganisateur Précoce dans la première enfance Plus tardif: Déficit social, excentricité Antisociale: Admiration, sans empathie Évitante: Les grands axes du suivi pour sortir de ce piège mortel: Pour aider les parents protecteurs. Alex 13 avril à 7 h 46 min.

Genevieve Schmit 14 avril à 8 h 19 min. Charles 13 novembre à 22 h 23 min. Mais en ce qui concerne la maladie de crohn? Je vous souhaite en pleine forme Charles Répondre. Guillaume 23 mars à 17 h 58 min.

Bonjour, Je viens de découvrir votre site. Manon 24 janvier à 15 h 32 min. Bonjour Genevieve, Merci beaucoup pour votre post qui est empreint de vérité! Genevieve Schmit 25 janvier à 10 h 29 min. Lola 16 octobre à 16 h 24 min. Genevieve Schmit 17 octobre à 17 h 46 min. Amicalement, Geneviève Schmit Répondre. Pierre 16 février à 15 h 30 min. Pierre 15 février à 15 h 44 min. Pierre 15 février à 14 h 26 min. Genevieve Schmit 15 février à 15 h 08 min. Et puis, ne vous mettez pas à son niveau … Bon courage, Geneviève Schmit Répondre.

Pierre 15 février à 13 h 36 min. Pierre 15 février à 2 h 07 min. Pierre 15 février à 2 h 06 min. Genevieve Schmit 15 février à 13 h 25 min. Mimi 14 février à 3 h 21 min. Julia 15 janvier à 11 h 55 min. Bonjour, En lisant votre article, je me dis que je dois souffrir de dépendance affective. Genevieve Schmit 2 août à 10 h 05 min. Florence 9 août à 15 h 01 min. En vous remerciant Répondre. Genevieve Schmit 9 août à 15 h 17 min. Florence 10 août à 12 h 47 min.

Soleil 24 mars à 2 h 34 min. Bonjour Geneviève, Je ne suis pas dépendante affective. Soleil 24 mars à 2 h 52 min. Genevieve Schmit 24 mars à 7 h 36 min. Soleil 25 mars à 12 h 50 min. Votre regard extérieur est intéressant. Soleil 25 mars à 13 h 05 min. Soleil 25 mars à 13 h 30 min. Je coche ça dans la liste. Soleil 25 mars à 13 h 55 min. Annaïg 24 février à 15 h 58 min. Genevieve Schmit 25 février à 8 h 41 min. CHERI 17 janvier à 17 h 34 min. Genevieve Schmit 18 janvier à 18 h 26 min.

Un grand merci pour votre confiance et pour ce témoignage! Genevieve Schmit 22 décembre à 11 h 07 min. Bonjour Marie, Quelle chance de réaliser cela à temps!!! Genevieve Schmit 1 décembre à 9 h 44 min. Lily 3 novembre à 18 h 15 min. Cathy 21 octobre à 17 h 46 min. Genevieve Schmit 22 octobre à 8 h 33 min. Affectueusement, Geneviève Schmit Répondre. Fleurkisouvre 17 mai à 16 h 02 min. Genevieve Schmit 21 mai à 13 h 01 min.

Ferrié Marc 1 avril à 9 h 00 min. Genevieve Schmit 9 mars à 16 h 49 min. Genevieve Schmit 3 février à 9 h 38 min. Missfull 3 février à 18 h 20 min. Le lendemain, j'ai voulu aller faire constater les coups. Or c'étaient les vacances, il n'y avait aucun médecin de campagne disponible. Je suis alors partie me baigner avec ma fille, et sur le chemin du retour, j'ai eu un accident ; nous avons fait un tonneau, nous nous sommes retrouvées à l'hôpital.

J'ai donc appelé mon mari. Il se sentait responsable de ma mauvaise nuit. J'ai commencé à me dire qu'il était malade. Trois semaines formidables s'en sont suivies, puis la routine a repris le dessus, et les insultes aussi. Mais j'avais une enfant et j'étais prête à sacrifier ma vie de femme pour que mon enfant vive dans un foyer avec son papa et sa maman. Pour moi, c'était l'idéal. Mais dès le début de ma seconde grossesse, mon existence est devenue épouvantable. Il m'a flanquée sur un matelas par terre, parce qu'une femme enceinte gigote, bouge, se lève la nuit, prend de la place, me jetant des "pousse-toi de là, boulet!

À partir de ce moment, nous n'avons plus dormi ensemble. Quand ma seconde fille est née, c'était épouvantable: Un jour, il m'a lacéré de coups de poing sur le bras, alors que je tenais ma dernière fille encore bébé qui ne savait pas marcher, et elle a failli tomber. Comme il était super violent, j'ai voulu en avertir mes parents et ma soeur, et leur ai téléphoné. Mais il n'y avait personne au bout du fil, et là je l'ai entendu dire à mon aînée: J'ai commencé à me rendre compte que mes filles n'étaient plus du tout préservées , qu'il tentait de les manipuler contre moi.

Quand j'ai vu l'effet que cela avait sur ma fille aînée qui me retenait le soir dans sa chambre en me disant: Fuir au plus vite J'ai vu un avocat qui m'a précisé que, sous le coup de l'urgence, je pouvais partir après avoir déposé une plainte à la gendarmerie en donnant une nouvelle adresse, et que je pouvais quitter le domicile conjugal.

J'ai décidé de m'établir avec mes filles sur mon lieu de travail. Je suis partie avec elles en pleurant, je ne voulais pas faire cela.

J'ai eu beaucoup de mal à vivre, j'ai vécu dans la culpabilité, car j'imposais à mes enfants une vie dont je n'avais pas rêvée pour elles. Je me suis mise à aimer de nouveau mon mari comme jamais. J'aimais celui qu'il avait été autrefois. Je revoyais notre complicité, notre communion d'âme. J'avais l'impression que c'était mon homologue masculin, nous nous entendions très bien. Quand je l'ai rencontré, j'étais fascinée par sa candeur, sa naïveté. On avait tout découvert ensemble. Il était entier, perfectionniste, il allait au fond des choses.

D'un autre côté, j'ai commencé à m'apercevoir qu'il y avait des signes avant-coureurs de sa folie. Par exemple, après des disputes sans gravité avant notre mariage, il m'avait laissée plantée là. Il ne s'entendait pas avec ses parents, il les dénigrait. D'ailleurs, cela a été l'origine de notre première querelle. Je lui avais dit qu'il avait mal parlé à ses parents. Il méprisait sa mère. Celle-ci écrase constamment son père en public.

Elle gère le budget, elle donne des billets, un chèque pour les enfants, mais jamais d'amour. Elle n'offre que du matériel. Le manipulateur obtient la garde des enfants Mal conseillée, je croyais divorcer dans le département où j'habitais désormais avec mes filles pour cause de violence. J'ai pris un avocat. Mon mari s'était empressé de demander le divorce pour abandon de domicile.

Nous nous étions arrangés à l'amiable. Les filles voyaient leur père tous les quinze jours. Il avait ses congés au mois d'août.

Et moi, je n'ai jamais voulu priver mes filles de leur père. Elles ont passé le mois de juillet avec moi. Le 31 juillet, jour où leur père devait les récupérer, une scène très violente a éclaté entre nous deux. Il a dérobé des affaires en double dans le coffre de ma voiture et m'a fait un grand bras d'honneur en partant.

Le 31 août suivant, j'ai attendu mes filles. J'ai essayé de téléphoner. Les lignes étaient bloquées et j'ai compris qu'il ne me les ramènerait pas. Mes parents étaient là puisqu'ils devaient garder mes enfants, le mercredi 1er septembre. J'ai appelé tous les postes de police.

Je les avais eues le 29 août au téléphone. Je savais qu'elles étaient en vie. J'ai appris qu'il avait inscrit la grande à l'école du petit village où nous habitions avant et où il continuait d'habiter. Et j'ai compris qu'il avait intenté ce coup de force terrible, car la justice n'avait pas encore tranché. Tous les avocats me disaient de ramener mes filles par la force. La petite était gardée par les grands-parents. J'ai réfléchi, et j'ai jugé que je ne prendrais pas la grande sans la petite.

J'ai choisi de faire confiance à la justice et de ne pas cautionner ce coup de force. On a divorcé dans son département, et la décision a été de laisser les deux petites filles à leur papa, sous prétexte de ne pas les changer en cours d'année de cadre de vie.

À l'époque, je ne pensais pas survivre à cela. J'ai fait appel de la décision.

RGPD: Protection de vos données

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.