Imperial Cleaning

Apereo Central Authentication Service (CAS)

La ville, au nom symbolique, devient l'objet de l'attention universelle. Knopf, , p.

Recently analyzed sites:

Offre de reprise gratuite

Le nom de Staline est acclamé et cité plusieurs dizaines de fois dans chaque discours. Lui-même multiplie les signes d'apaisement envers les anciens opposants et de libéralisation pour la société soviétique. Mais il mesure aussi la persistance sourde des critiques à son encontre: Le but des Grandes Purges sera notamment d'anéantir les dernières potentialités de résistance au sein du Parti et de la population.

Trostski sera par ailleurs assassiné par Ramon Mercader en au Mexique. En décembre , Sergueï Kirov , chef du Parti à Léningrad , est assassiné. Or Kirov était alors le plus populaire des dirigeants soviétiques et, élu avec le plus grand nombre de voix au Comité central , constituait dès lors une alternative potentielle au poste de secrétaire général occupé par Staline le plus mal élu de tous les candidats. Par cette élimination, ce dernier faisait d'une pierre deux coups: La grande terreur stalinienne commence le soir même alors qu'il fait promulguer un décret suspendant toutes les garanties de droit et rendant sans appel les sentences de mort prononcées par les juridictions spéciales du NKVD.

Il débarque en personne à Leningrad et en fait déporter des milliers d'habitants. En août , le premier des trois procès de Moscou engage la liquidation physique de la vieille garde bolchevique. Staline se débarrasse définitivement de ses anciens rivaux des années , déjà vaincus politiquement depuis longtemps. Au-delà, il entreprend de remplacer ceux qui l'ont soutenu et aidé dans les années - par une nouvelle génération de cadres.

Ils lui vouent un culte sans réserve, là où la précédente génération voyait davantage en Staline son patron ou un primus inter pares qu'un dieu vivant, et n'hésitait pas à le critiquer parfois avec loyauté mais franchise [ 41 ]. Entre et , Staline planifie l'élimination de la moitié du Politburo, des trois quarts des membres du Parti ayant adhéré entre et , etc.

La Terreur n'épargne aucun organisme: Les Grandes Purges permettent également à Staline d'éliminer radicalement tous les éléments socialement suspects et tous les mécontents suscités par sa politique. Une série d'opérations frappe par centaines de milliers les dékoulakisés appauvris par la collectivisation, les vagabonds et marginaux engendrés par cette dernière, les anciens membres des classes dirigeantes et leurs enfants, tous les individus entretenant ou ayant entretenu des relations avec l'étranger corps diplomatique, anciens combattants d'Espagne, agents du Komintern , et, ainsi que le montre Robert Conquest , jusqu'aux espérantistes [ 42 ] , aux philatélistes et aux astronomes!

Il brise aussi les réseaux clientélistes et les fiefs géographiques ou ministériels que se sont constitués les membres du gouvernement et du Politburo , ou bien, à tous les échelons, les responsables du Parti et les chefs de Goulag.

Il entretient plus largement une atmosphère de suspicion généralisée qui brise les solidarités amicales, familiales ou professionnelles [ 43 ]. Pareillement, Staline considère que les minorités nationales frontalières sont par définition suspectes: Mais c'est aussi la sédentarisation forcée des populations nomades, notamment au Kazakhstan , qui se solde par un désastre démographique et la perte de nombreuses traditions culturelles [ 44 ].

Par ailleurs, les familles des plus proches hommes de confiance de Staline Molotov , Kaganovitch , Kalinine , etc. Le meilleur ami de Staline, Grigory Ordjonikidze , qui s'est montré hostile devant lui à la purge des cadres de l'industrie, voit son frère fusillé et se suicide en signe de protestation février [ 46 ]. La famille même de Staline n'est pas épargnée par la Terreur, avec la disparition et l'exécution de ses proches parents Maria Svanidze, Pavel Allilouiev, Stanislas Redens [ 47 ] ….

Il a pris ce faisant le risque de désorganiser gravement son armée et son pays, alors même que la guerre approche. Dans les années , la politique extérieure de Staline est à géométrie variable. Cette politique conduit le Parti communiste français à son pire isolement de l' entre-deux-guerres et à une chute électorale notable. Elle facilite surtout l'accès au pouvoir d' Adolf Hitler en Allemagne. En mars , alors que la destruction de la république de Weimar est presque achevée et que les communistes allemands prennent en nombre le chemin des camps de concentration , le KPD clandestin et le Komintern répètent inlassablement que les événements démontrent la justesse des attaques contre la social-démocratie et la nécessité de les poursuivre sans changement [ 48 ].

Staline pensait d'abord que l'expérience Hitler ne durerait pas: Mais le régime nazi se consolide, et une menace militaire réelle plane désormais sur l'URSS. Pendant la guerre d'Espagne Staline est à partir de fin octobre le seul chef d'État à intervenir officiellement aux côtés de la République espagnole , menacée par Franco aidé de Hitler et Mussolini.

Mais s'il envoie des chars, des avions et des conseillers, il en profite aussi pour faire main basse sur l'or de la banque d'Espagne , freiner sur place le mouvement révolutionnaire tout en satellisant le gouvernement espagnol, et faire liquider physiquement de nombreux anarchistes , trotskistes et marxistes dissidents du POUM [ 49 ].

Des documents du Komintern montrent cependant que même dans ces années où il fait figure d'allié des démocraties, Staline n'a pas renoncé à l'espoir secret d'un pacte avec Hitler, qui mettrait à l'abri l'URSS et lui garantirait en outre des bénéfices territoriaux.

Il fait régulièrement modérer les attaques de la presse contre le régime nazi, ou tente quelques sondages secrets à Berlin [ 50 ]. Les procès de Moscou et les purges qui meurtrissent l' Armée rouge troublent les démocraties occidentales, où l'anticommunisme reste très fort, et les font douter des capacités militaires soviétiques.

En , Staline est furieux que son pays n'ait pas été convié à la conférence qui décide des accords de Munich 30 septembre et craint une entente des Occidentaux avec Hitler contre l'URSS. Staline fait clairement savoir à Berlin, début , que Moscou se liera au plus offrant. Mais persuadé que la guerre avec les nazis est inévitable, il décide le transfert des usines d'armement vers l'est au-delà de Moscou et arrête la stratégie de l'Armée rouge pour cette confrontation. Ce sera une posture défensive, copie de celle de Mikhaïl Koutouzov devant Napoléon en et qui prend en compte la possibilité d'une invasion en profondeur.

La prise des capitales, Moscou et Léningrad, qui seront protégées par des troupes d'élites, est, cette fois, exclue. Staline table sur l'usure des troupes d'élite allemandes qu'Hitler devra engager dès le début de l'attaque, scénario qui se vérifiera complètement devant Moscou et partiellement devant Léningrad.

Staline dénonce une absence de réelle volonté des démocraties occidentales de combattre Hitler et signe, le 23 août , le pacte germano-soviétique. Il gagne alors de l'espace et du temps, mais moins que prévu du fait de la rapide défaite de la France à l'ouest, qu'il interprète comme l'intégration de celle-ci à la puissance nazie.

Le 30 novembre , l'armée soviétique attaque la Finlande et, après des échecs spectaculaires et inquiétants, parvient à la faire plier en mars , sous le nombre des assaillants. En juin , Staline annexe les États baltes , puis en août la Bessarabie roumaine, érigée en République socialiste soviétique de Moldavie. La terreur et la soviétisation accélérée s'abattent aussitôt sur ces territoires. Elles se traduisent par la déportation de plusieurs centaines de milliers d'habitants et le meurtre d'une partie des élites locales [ 52 ].

Staline respecte scrupuleusement les conditions du pacte germano-soviétique. Jusqu'à la nuit du 21 au 22 juin , il livre ponctuellement et à crédit les céréales et des matières premières dont le Reich a besoin. Il livre aussi à la Gestapo plusieurs dizaines de communistes allemands réfugiés à Moscou.

Contrairement à la légende longtemps répandue, Staline ne s'est pas effondré psychologiquement au constat de la trahison d'Hitler, ni n'est resté plusieurs jours prostré et incapable de réagir. Les archives et les témoignages concordent aujourd'hui pour prouver qu'il reste à son poste nuit et jour pendant la première semaine d'invasion, et qu'il prend aussitôt des mesures radicales, avec un bonheur très inégal [ 53 ].

Ce n'est que le 28 juin , après cinq jours et cinq nuits presque sans repos, et un heurt mémorable avec le général Joukov , que Staline part brusquement se retirer dans sa datcha pour préparer son discours qui sera radiodiffusé le 3 juillet. Il semble s'être laissé paralyser par la hantise d'une provocation allemande , jugeant qu'une réaction préventive serait politiquement contre-productive: Les purges de l'avant-guerre, en particulier celle de , ont profondément affaibli l' Armée rouge , puisque la quasi-totalité des généraux modernisateurs et compétents a disparu: De même, sur cinq maréchaux, seuls ont survécu les deux tenants inconditionnels de la cavalerie, amis de toujours de Staline, mais ennemis jurés de l'arme blindée.

Dans les premiers mois, Staline perd des milliers de chars et d'avions, et laisse encercler d'immenses armées. Sa présence galvanise les énergies et enraye un début de panique. D'autre part, l'armée japonaise a abandonné toute velléité d'attaquer la Russie après ses défaites de Ne craignant plus l'ouverture d'un second front en Extrême-Orient , les troupes sibériennes deviennent ainsi disponibles face aux Allemands au moment crucial de l'hiver Après cet échec, l'armée nazie change d'objectif principal pour sa campagne de Après un court succès, la Wehrmacht sort vaincue de la bataille de Stalingrad.

La ville, au nom symbolique, devient l'objet de l'attention universelle. La VI e Armée , encerclée, capitule début février C'est le début du recul allemand. Du 28 novembre au 1 er décembre il participe à la conférence de Téhéran , avec Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt , ou les services secrets alliés découvrent l' Opération Grand Saut , un projet d'assassinat des participants.

Après ses erreurs dramatiques de , Staline a su faire progressivement un réel apprentissage militaire, et surtout accepter de laisser une plus grande autonomie à ses généraux: Par ailleurs, vis-à-vis de la société soviétique, il desserre l'emprise du gouvernement, noue une trêve avec les Églises, met l'accent sur la défense de la patrie plutôt que sur la Révolution. Cependant, son pouvoir absolu reste intact et même renforcé: L'Internationale cesse d'être l' hymne soviétique pour être remplacée par un chant patriotique qui mentionne son nom.

C'est aussi la nature totalitaire du gouvernement qui lui permet d'imposer une stratégie d'offensive à tout prix et d'attaque frontale de l'ennemi, très coûteuse en hommes, où les pertes humaines se dénombrent par millions: De même, les prisonniers et leurs familles sont officiellement reniés et considérés comme des traîtres, tandis que des généraux et officiers de tout rang sont fusillés dès les premiers jours, boucs émissaires des erreurs du chef suprême qui avait déjà gravement purgé les chefs de son armée à la fin des années [ 54 ].

En , Staline reconquiert le territoire national. S'il est vrai que l'offensive soviétique est à bout de souffle et que Staline n'a plus les moyens de franchir la Vistule , il refuse toutefois de parachuter des armes ou bien de laisser les avions occidentaux atterrir sur les aérodromes contrôlés par l'Armée rouge à proximité de la capitale polonaise.

Ainsi, des centaines d'aviateurs alliés tentent désespérément de parachuter des armes aux insurgés et périssent lors d'allers-retours longs et dangereux entre l' Italie et la Pologne. De cette manière, Staline exprime sa volonté de laisser écraser une insurrection nationaliste qu'il ne contrôle pas et qui pourrait contrarier l'installation d'un gouvernement communiste allié de Moscou après la guerre [ 56 ]. Alors que les Alliés débarquent en Normandie et s'approchent des frontières occidentales de l'Allemagne, les Soviétiques qui affrontent dix fois plus de divisions nazies à l'est [réf.

Goebbels avait énoncé l'un des objectifs idéologiques de la guerre à l'est: La victoire se paye au prix de millions de morts: En outre, les destructions matérielles en URSS sont gigantesques, les pires subies par un belligérant dans ce conflit. Tous les témoignages concourent à montrer que lors de la victoire de , la population espère conserver les espaces de liberté concédés pendant la guerre et ne pas revenir au système d'avant Mais au cours de l'été, Staline prend la décision de rétablir ce dernier à l'identique.

Staline leur impose le modèle soviétique, notamment par le coup de Prague en et par la mise en place de gouvernements pro-soviétiques. En Tchécoslovaquie , le seul pays de la sphère soviétique dotée d'une tradition démocratique, le Parti communiste prend le pouvoir avec la bénédiction de Staline. Il crée en le Kominform , un rassemblement de partis communistes européens à l'image de l'Internationale et dirigée par le PCUS.

En , il fait accéder son pays à l' arme atomique , en partie grâce à ses réseaux d'espionnage aux États-Unis et aux prisonniers du Goulag et des charachka. En Asie , la politique stalinienne de l'après-guerre suit un cours sinueux: Des dizaines de villes, des milliers de rues, de fermes, d'usines, etc.

L'emprise de Staline sur le champ culturel et scientifique s'alourdit aussi considérablement. Il fait réécrire en permanence l'histoire, notamment pour apparaître comme le coauteur de la Révolution russe , pour gommer le rôle de ses opposants et victimes, ou pour attribuer à des Russes la paternité de toutes les grandes inventions contemporaines.

Il accentue son soutien aux théories charlatanesques du biologiste Trofim Lyssenko , et ravage ainsi la génétique soviétique. Les écrivains, musiciens et artistes voient leurs créations étroitement soumises au réalisme socialiste , et Staline charge son protégé Andreï Jdanov de les remettre au pas par une violente campagne doctrinaire Jdanovtchina.

Accentuant une tendance autocratique déjà nette avant la guerre, Staline ne réunit pratiquement plus le Politburo et espace à l'extrême les congrès du Parti: S'il ne pratique plus de grandes purges comme avant-guerre, il terrorise son propre entourage, humiliant souvent en public ses plus fidèles serviteurs, les frappant à travers leurs épouses, leurs frères, etc.

Il s'apprête notamment à éliminer le chef de la police Lavrenti Beria lorsque la mort le saisit [ 63 ]. Souffrant depuis plusieurs années d' athérosclérose , il avait déjà subi plusieurs attaques cardiaques qui l'avaient amené à arrêter de fumer et boire moins d'alcool au profit du thé [ 64 ]. Il prend son dîner dans le salon de la datcha en compagnie de Beria , Malenkov , Boulganine et Krouchtchev puis monte se coucher dans une de ses sept chambres, toutes fermées par une porte blindée [ 66 ].

Staline ne se manifeste pas pendant toute la journée du 1 er mars et ne commande aucun de ses repas [ 67 ] , contrairement à son habitude. L'arrivée du courrier du comité central du Kremlin donne le prétexte de déranger Staline malgré ses consignes. Selon le garde du corps de Staline Alexandre Rybine, c'est l'officier de sécurité Piotr Lozgatchev qui force la porte et trouve Staline tout habillé son pantalon de pyjama trempé d'urine [ 65 ] , allongé sur le tapis, inconscient, frappé par une attaque cérébrale , vraisemblablement peu de temps après le départ de ses collaborateurs [ 68 ].

Les Mémoires de Khrouchtchev mentionnent que c'est la vieille gouvernante de Staline Matrena Boutouzova qui le découvre ainsi. Les gardes déplacent Staline sur le canapé du salon avant de décider ce qu'il convient de faire.

Dans la nuit du 1 er au 2 mars , le chef de la garde convoque les principaux collaborateurs de Staline à la datcha, dont Khrouchtchev , Boulganine , Béria , Malenkov , qui découvrent alors Staline inconscient mais pas encore mort. Ayant peur de son courroux s'ils lui faisaient mal, ils attendent plusieurs heures avant d'appeler un médecin, alors que Staline avait déjà été frappé par cette attaque depuis plus de 24 heures.

Lorsque le médecin arrive, il est trop tard, Staline est déclaré mort le 5 mars à 6 h du matin [ 70 ]. Selon le témoignage de sa fille Svetlana , Staline au cours de sa longue agonie aurait manifesté des moments de conscience avant de mourir. Selon un memorandum de Beria publié conformément à ses souhaits après sa mort, le décès de Staline est attribué à un empoisonnement par l'un de ses rivaux, Viatcheslav Molotov , pour achever Staline: Le rapport médical officiel sur la mort de Staline déclare que ce dernier serait tombé malade dans les premières heures du 2 mars, sans doute pour dissimuler le fait qu'il fut laissé sans assistance médicale durant toute une journée [ 72 ].

Les funérailles de Joseph Staline se tiennent le 9 mars à Moscou. Elles sont marquées par une terrible bousculade qui fait des centaines de victimes.

Dans le monde socialiste, dans le mouvement communiste international et chez les anciens Alliés de la Seconde Guerre mondiale , le chagrin et la déférence semblent alors les sentiments dominants, au moins en public, ainsi que la peur devant un avenir désormais incertain. Selon Hélène Carrère d'Encausse , à la suite de propos tenus par une vieille militante bolchévique, Lazourkina, qui aurait rêvé de Lénine lui disant qu'il lui était pénible de reposer aux côtés de Staline, le Congrès vote l'expulsion du corps de Staline du mausolée [ 74 ].

On l'enterre entre le mausolée et le mur du Kremlin , dans ce qui deviendra un petit cimetière des hauts personnages de l'URSS. En Union soviétique, une direction collégiale se met en place, dominée un temps par Lavrenti Beria qui contrôle toujours l'appareil policier et certains ministères stratégiques.

Beria se transforme paradoxalement en champion de la libéralisation: Le stalinisme n'est pas pour autant renié encore officiellement. Dans le bloc de l'Est , la mort de Staline entraîne un soulèvement contre le régime à Berlin-Est et en RDA à partir du 16 juin , donnant l'espoir d'une réunification allemande rapide, mais le mouvement est sévèrement réprimé. Après une longue période de flottement, qui se solde entre autres par l'exécution du chef du KGB Lavrenti Beria , Nikita Khrouchtchev arrive à la tête du pays.

En , le corps embaumé de Staline est retiré du mausolée de Lénine et Stalingrad devient Volgograd. Les rescapés du régime stalinien sont libérés du Goulag et la réhabilitation globale des victimes de Staline, initiée par Khrouchtchev , stoppée sous Brejnev , est relancée sous Gorbatchev et achevée après la dislocation de l'URSS.

En revanche, les successeurs de Staline ne réforment pas le système économique et social hérité de son règne, malgré ses défauts de plus en plus évidents bureaucratisme, pénuries chroniques, sous-productivité, absence d'initiative personnelle, coût écologique , déséquilibre des branches au profit d'une industrie lourde de moins en moins adaptée à l'évolution historique, etc.

D'autres groupes parfois maoïstes continuent à se réclamer plus ou moins directement de Staline: Parti communiste du Népal , Sentier lumineux au Pérou , ou en France un groupuscule comme l' Union des révolutionnaires-communistes de France. Quelques rares auteurs staliniens très controversés développent également une vision encore très favorable de Staline et de son action, dont ils passent sous silence ou minimisent les nombreuses zones d'ombre: En Russie , le culte de Staline n'est pas exclusivement le fait de nostalgiques du régime.

Il est également entretenu par des milieux ultra-nationalistes qui considèrent que le mérite essentiel de Staline a été de créer un État fort incarnant le destin de la nation russe.

Ce culte est généralement associé à l' antisémitisme. La plupart des staliniens considèrent que ce sont des Juifs qui ont incarné les tendances les plus internationalistes du marxisme Trotsky , Rosa Luxemburg , Zinoviev , Kamenev , etc. De nombreuses interprétations contradictoires ont été suscitées par l'ampleur des crimes de Staline, mais aussi par celle des mutations qu'il a fait connaître à la Russie. Pendant les Grandes Purges , de nombreux Soviétiques, dans les villes surtout, étaient sincèrement convaincus que Staline ignorait ce qui se passait dans le pays et qu'on lui cachait la vérité.

C'était là la reprise du très vieux thème du bon tsar victime de ses mauvais ministres. De même, de très nombreux communistes, envoyés brusquement en prison ou au Goulag sans pouvoir comprendre ce qu'on pouvait bien leur reprocher, persistaient de toutes leurs forces à défendre Staline et faire appel à lui, croyant avoir en sa personne un recours.

Jusqu'au seuil de leur exécution, des condamnés à mort protestaient de leur amour pour lui et de leur dévouement total à sa personne et au Parti, écrivant et déclarant qu'ils mourraient avec le nom de Staline sur les lèvres. En réalité, Staline était parfaitement au courant et pilotait en personne toutes les opérations de la Grande Terreur. Les parentés, mais aussi les différences tout aussi notables des deux dictateurs totalitaires , restent un sujet de discussion inépuisable, notamment depuis les travaux de Hannah Arendt Les Origines du totalitarisme , et la double biographie pionnière d' Alan Bullock Hitler et Staline: D'autres voient Staline avant tout comme un chef d'État russe, continuateur des tsars et incarnation des ambitions nationales de l'ancienne Russie.

Il n'aurait conservé que pour la forme un vernis de discours révolutionnaire. C'était en gros la vision du général de Gaulle , ou celle des nationaux-bolcheviks allemands. Staline a lui-même invité à interroger sa place dans la continuité de l'histoire russe, en se comparant volontiers aux despotes modernisateurs Ivan le Terrible et Pierre le Grand.

Néanmoins, il reste difficile de concevoir, par exemple, pourquoi Staline aurait tant tenu à aligner les pays de l'Est, déjà sous sa coupe, sur le modèle soviétique, si ses ambitions impériales avaient été étrangères à toute adhésion profonde au projet révolutionnaire hérité du parti bolchevique.

Le rapport de Staline à la Révolution russe est pareillement controversé. Pour de nombreux anarchistes ou sociaux-démocrates , ainsi que pour la plupart des historiens actuels, il n'y a pas au contraire de discontinuité entre Lénine et Staline.

Nul n'avance certes que Lénine aurait été du genre à promouvoir la bureaucratie , le nationalisme, l'antisémitisme, l'académisme, les théories de Lyssenko ou un culte de sa personnalité. En tout état de cause, Staline lui-même était militant bolchevique depuis trop longtemps pour qu'on puisse exonérer raisonnablement le Parti de toute responsabilité dans la formation de sa personnalité et de ses méthodes.

La récente biographie de Simon Sebag Montefiore , par exemple, met fréquemment en parallèle les comportements et la sociabilité du Staline des années et de ses amis avec ceux hérités de la guerre civile. Enfin, aujourd'hui, le jugement du peuple russe, pourtant parmi les premiers à avoir souffert des méfaits de Staline, est loin d'être unanime. Ainsi, un sondage [ 80 ] réalisé par l'institut Youri Levada en mai révèle que les avis favorables et défavorables des Russes envers la personnalité de dirigeant de Joseph Staline s'équilibrent à peu près différence des pourcentages favorables moins défavorables égale à Si l'on compare au même jugement porté par exemple sur Mikhaïl Gorbatchev , on constate une forte inversion par rapport au jugement généralement porté par l'Occident.

L'écrivain Alexandre Zinoviev est passé d'une critique sans concession du stalinisme à une critique non moins mordante de l'antistalinisme. La déportation continue de centaines de milliers d'opposants réels ou supposés, les emprisonnements arbitraires, et l'interdiction de toute contestation de la personne de Staline sont emblématiques de la période - En tout, un Soviétique adulte sur cinq connut le Goulag de par la politique stalinienne [ 81 ].

Des gens disparurent pour avoir mal orthographié le nom de Staline ou pour avoir enveloppé un pot de fleurs avec une page de journal comprenant sa photo [réf. On distingue cependant plusieurs épisodes marquants:. Les historiens qui ont travaillé après la dislocation de l'Union soviétique estiment quant à eux que le nombre des victimes du régime en dehors des famines se situe entre 4 et 10 millions [ 88 ].

Vadim Erlikman, donne les estimations suivantes:. La mère de Staline meurt en Staline ne vint pas aux funérailles, mais envoya une couronne. Il a eu deux épouses: Ekaterina Svanidzé et Nadejda Allilouïeva-Staline. Néanmoins, une telle relation a été niée par Svetlana Allilouïeva [ ].

Kato avait eu un fils, Iakov Djougachvili , que Staline ne vit pas avant son adolescence [ ]. Un tic crispait régulièrement son visage ce qui exaspérait Staline. Après cet épisode, Staline se contenta de déclarer: Iakov servit dans l'Armée rouge et fut capturé par les Allemands en juillet Ayant l'habitude de considérer les prisonniers comme des traîtres et de soumettre leurs familles à des représailles, Staline fit arrêter pendant quelque temps la jeune femme de son fils. En , Staline refusa de l'échanger contre le Maréchal Friedrich Paulus , capturé par l'Armée rouge lors de la bataille de Stalingrad: Si les circonstances exactes de sa mort n'ont pas été entièrement élucidées, la thèse du suicide n'est cependant guère controversée.

Le couple avait deux enfants: Choqué par le suicide de sa mère il avait 13 ans , et marqué par son enfance très particulière dans un foyer familial que gardaient les agents du NKVD , Vassili fut un adolescent dissolu et fugueur, travaillant mal à l'école, puis s'adonnant vite à l'alcoolisme. Il s'éleva dans les rangs de l'armée de l'air soviétique où son père l'avait poussé à s'engager, bien que Vassili n'avait pas de réel intérêt à intégrer les forces aériennes de l'Armée rouge [ ].

Il se battit — plutôt bien — pendant la guerre et grâce à son père obtint d'importantes promotions. À la mort de son père, Vassili fut interné quelque temps par Beria [ ]. Svetlana eut une relation privilégiée avec son père, celui-ci étant très attentionné vis-à-vis d'elle pendant son enfance, au contraire des sentiments qu'il manifestait envers ses fils.

Les amis qu'eut Svetlana en grandissant étant pour certains d'origine juive, ce qui put confirmer Staline dans son idée d'infiltration de son entourage par les milieux sionistes. En , il l'oblige à rompre sa relation avec un cinéaste juif, Alexis Kapler , de vingt-quatre ans plus âgé qu'elle, et envoie celui-ci au Goulag. La distance avec son père se creusa encore plus après son mariage avec un juif, Grigori Morozov, que Staline a refusé de voir, ainsi que leur fils Iossif Morozov [ ]. Conséquence de la dégradation croissante de leurs relations personnelles, Svetlana critiquera durement la politique de l'État et donc de son propre père après la fin de l'ère stalinienne [ ] , surtout après et sa fuite de l'Union soviétique [ ].

Durant plusieurs jours,je me suis refusée à mettre ma photo non que je sois hideuse ou que j'aie quelques chose à cacher,mais un peu par pudeur. Tous mes amis m'ayant avertie que sans photo on a des chances très minces d'être contacté, je l'ai insérée il y a trois jours,et depuis je n'ai aucun message, alors que j'en recevais quelques uns avant d'avoir mis ma photo.

Donnez votre avis ou opinion sinon notez ce site. Place Libertine - site échangiste gratuit, annonces échangistes. Chat Coco - chat gratuit sans inscription, tchat avec visio Coco. Webcamo - chat webcam, rencontre coquine par webcam: Carasexe - rencontres coquines gratuites pour adultes. Meetic, rencontres sur Meetic. Chat Land - chat gratuit, rencontres sur le tchat sans inscription. Netechangisme - site de rencontre pour couple échangiste, échangisme. Dernière mise à jour de l'annuaire francophone:

A la Une !

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.